Société

La Namibie signale une épidémie de « fièvre hémorragique de Crimée »

La Namibie signale une épidémie de "fièvre hémorragique de Crimée"

Le gouvernement namibien a déclaré une épidémie de « fièvre hémorragique de Crimée » après qu’une personne est décédée de la maladie dans la capitale, Windhoek. Le ministère de la Santé a déclaré dans un communiqué que le patient était soupçonné d’être infecté par le virus lorsqu’il a été traité pour la première fois dans une clinique de la ville orientale de Gubabes le 16 mai, et qu’il a ensuite été transféré à l’hôpital central de Windhoek, où il est décédé en mai.

Les résultats de laboratoire ont confirmé qu’il avait le CCHF, un virus transmis par les tiques qui peut également être transmis entre humains par contact étroit avec du sang ou des fluides corporels. L’Organisation mondiale de la santé indique qu’il a un taux de mortalité compris entre 10% et 40%, le ministère a déclaré que le gouvernement avait activé des comités d’urgence sanitaire pour empêcher une nouvelle transmission et surveillait de près tous les contacts des personnes décédées à Gubabes et Windhoek. Elle a ajouté qu’à ce jour, 27 contacts ont été identifiés, dont 24 agents de santé.

Les symptômes de la CCHF comprennent de la fièvre, des douleurs musculaires, des étourdissements, une sensibilité à la lumière et des vomissements, et elle peut entraîner une défaillance des organes et une hémorragie interne. Elle a été détectée pour la première fois en Crimée en 1944. Les récentes épidémies en Afrique ont été de faible ampleur, et le Sénégal confirmé un cas de fièvre en avril dernier. . Le ministère namibien de la Santé a déclaré avoir enregistré six épidémies de vaccin CCHF depuis 2016, avec un total de trois décès.

  La Santé mondiale enregistre une épidémie de choléra sans précédent en Afrique
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top