Politique

Le procès du chef de l’opposition sénégalaise reprend dans des craintes de troubles

Le procès du chef de l'opposition sénégalaise reprend dans des craintes de troubles

Le procès du chef de l’opposition sénégalaise Ousmane Sonko, 48 ans, a repris en son absence dans la capitale, Dakar, après que les avocats de la défense se sont retirés de l’affaire et que son parti a appelé au tollé public, Sonko n’a pas comparu devant le tribunal et a déclaré plus tôt ce mois-ci qu’il ne coopérerait plus avec les autorités judiciaires à moins que sa sécurité ne soit garantie. La femme accusant Sonko et l’ancien propriétaire du salon de massage, Khoudi Ndiaye, accusé de complicité dans le viol présumé, étaient également présents.

Les avocats de Sonko ont demandé un nouvel ajournement, et les avocats de Ndiaye ont demandé plus de temps de préparation, mais le procureur a rejeté leurs demandes, incitant les parties à se retirer de l’affaire. « L’objectif ici est une inculpation immédiate de Sonko pour l’avoir privé de ses droits civiques », a déclaré l’avocat de la défense Siri Clidor Lee. L’absence de Sonko empêche les avocats de parler en son nom et signifie qu’il ne pourra pas faire appel s’il est condamné, l’affaire de viol a débuté le 16 mai mais a été immédiatement ajournée d’une semaine après que les avocats de la défense ont déclaré qu’ils avaient besoin de plus de temps. Dakar était calme et il y avait moins de trafic aux heures de pointe que d’habitude, beaucoup restant chez eux pour éviter d’éventuelles perturbations, les forces de sécurité ont patrouillé le carrefour et imposé une interdiction temporaire des motos car les autorités craignent une nouvelle série de manifestations qui ont éclaté sporadiquement depuis que Sonko a été arrêté pour la première fois en 2021.

  L'armée somalienne reprend le contrôle des zones contrôlées par Al-Shabab

La condamnation de Sonko pourrait contrecarrer sa capacité à se présenter à nouveau à la présidence lors des élections de l’année prochaine, une tentative déjà contrecarrée par une récente peine de prison avec sursis dans une affaire de diffamation distincte dont il a fait appel. Sonko nie tout acte répréhensible et affirme que les procès sont politiquement motivés.Le gouvernement a rejeté cette accusation.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top