Société

Sierra Leone : Pris au piège par la « kush », une drogue hautement addictive, la jeunesse « meurt »

Sierra Leone : Pris au piège par la « kush », une drogue hautement addictive, la jeunesse « meurt »

Leur vie est embourbée dans la pauvreté et le désespoir. « Kush » leur offrira un soulagement qu’ils espèrent, mais le nirvana est éphémère et a un prix sinistre, la drogue récemment apparue fait des percées terribles parmi les jeunes en Sierra Leone, aux abords d’une décharge de la capitale Freetown, Mohamed (nom changé), un éboueur de 25 ans, a fumé un joint arrosé de kush, pendant environ une heure, a-t-il dit, il « méditerait la haute méditation », dormirait, se réveillerait et mangerait.

Et puis, peu de temps après, recommencez.

« Nous le fumons toute la journée », a-t-il déclaré, « J’y dépense beaucoup d’argent chaque jour – environ 200 leones », soit environ 10 dollars : une petite fortune dans un pays dont le revenu moyen par habitant est inférieur à 500 dollars par an, la nation ouest-africaine est classée parmi les plus pauvres du monde, à proximité, les compagnons de Mohamed étaient entassés dans une cabane enveloppée de fumée de kush, au cœur d’un bidonville où les enfants jouaient parmi les cochons et les détritus, la drogue synthétique a fait surface il y a une demi-douzaine d’années, bien que sa composition soit sommaire, fabriquée et distribuée par des gangs criminels, « la drogue est un amalgame de divers produits chimiques et plantes qui imitent le THC naturel (cannabinoïde) présent dans le cannabis », a déclaré Abdul Sheku Kargbo, chef de la National Drug Law Enforcement Agency, la concentration de l’ingrédient actif peut être « augmentée de manière exponentielle », augmentant ainsi la puissance, a-t-il déclaré.

« Des jeunes meurent », a déclaré Ibrahim Hassan Koroma, fondateur d’une ONG appelée Mental Watch Advocacy Network.

  Report de l’affaire de la Mafia du frère de l'ancien président algérien

« Nous avons besoin d’une stratégie rapide et recentrée pour voir comment les jeunes profitent de cette consommation de drogue. Mais pour le moment, c’est assez alarmant », dit-il, les utilisateurs de Kush semblent être partout à Freetown, des bidonvilles aux quartiers aisés, assis affalés, la tête penchée et dormant parfois debout.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top