Société

Dans le camp du Darfour où un enfant meurt toutes les deux heures

Dans le camp du Darfour où un enfant meurt toutes les deux heures

Tout le monde connaît une famille qui a perdu un enfant à Zamzam, un camp de centaines de milliers de personnes déplacées dans la région soudanaise du Darfour. La faim et la maladie sont devenues de sombres caractéristiques de la vie quotidienne et un enfant meurt dans le camp toutes les deux heures, selon l’association caritative médicale Médecins Sans Frontières (MSF), « Il y en a eu beaucoup, je ne me souviens pas de tous. Le dernier en date est décédé hier », raconte Laila Ahmed, qui vit dans le camp avec ses neuf enfants.

Comme la plupart des habitants du Soudan, Zamzam n’a eu ni téléphone ni connexion Internet ces deux dernières semaines, mais le Guardian a réussi à parler aux réfugiés via une liaison satellite, ils ont décrit une situation désespérée, sans eau potable et avec un accès limité aux soins médicaux. Les familles partagent de maigres magasins de nourriture. Près de 25 % des enfants souffrent de malnutrition sévère, la dengue et le paludisme ravagent le camp. Au-delà de son périmètre errent des miliciens qui kidnappent ou attaquent les femmes qui s’aventurent dehors pour ramasser du bois de chauffage ou de l’herbe pour leurs ânes. Hormis une petite distribution en juin, aucune aide alimentaire n’est arrivée depuis le début des combats au Soudan le 15 avril, « Je pense que nous approchons de la famine », déclare Abdullatif Ali, père de six enfants. « Les gens souffrent de malnutrition, de maladies – de nombreux problèmes », Zamzam a été créé au milieu des années 2000 à la suite du génocide au Darfour, perpétré par des milices à prédominance arabe appelées Janjaweed. Avant la guerre actuelle entre l’armée soudanaise et les paramilitaires Forces de soutien rapide (RSF), issues des Janjaweed, une mosaïque d’agences humanitaires internationales fournissait des services à Zamzam, mais elles se sont brusquement retirées lorsque les combats ont commencé.

  Un gang tue un professeur de manière atroce en Algérie

Depuis lors, la population du camp a augmenté avec de nouveaux arrivants fuyant les combats plus au sud. « Il s’agit d’un camp vaste et surpeuplé qui a besoin d’un soutien important, mais il est complètement laissé à lui-même », explique Emmanuel Berbain, médecin MSF, venu récemment sur place. « C’est une catastrophe totale, pour être honnête ».

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top