Société

Normes de beauté en Afrique…Front large pour les femmes, cheveux rasés et cicatrices faciales sont les plus beaux signes de beauté

Normes de beauté en Afrique...Front large pour les femmes, cheveux rasés et cicatrices faciales sont les plus beaux signes de beauté

Sur le continent africain, les normes de beauté idéales sont souvent associées à des fesses pleines et une taille fine, ce qui augmente la beauté des femmes et leurs chances de mariage. Les femmes avec de telles qualités se sentent fières dans la plupart des pays africains, dans la tribu « Peule » d’Afrique de l’Ouest, ils considèrent le front haut des femmes comme un signe de beauté, tant de femmes enlèvent des parties de leurs cheveux pour que leur front haut apparaisse, en Éthiopie, en particulier dans les tribus Marsi, les femmes étirent la peau des lèvres inférieures pendant très longtemps grâce à l’utilisation de comprimés spéciaux pour cela, et sa dot dépend de combien elle étire la peau des lèvres, et on dit qu’elles croient que les mauvais esprits pénètrent dans une personne par sa bouche, et de cette manière ils expulsent ces esprits.

Dans la tribu « Bodhi » en Éthiopie, ils ont un autre concept du standard de beauté, ils se distinguent par des ventres proéminents, qui est le standard de la beauté et de la force, le ventre de la tribu” Bodhi  » exprime la situation matérielle, les gros sont les riches de la tribu et plus leurs ventres sont gros et fiers, la nouvelle année commence en juin, et ils l’accueillent avec des coutumes et des traditions spéciales, alors qu’ils travaillent à tester à quel point les hommes sont gros pour les célibataires, et ils participent à une compétition unique afin d’obtenir le rumen et le leadership. Six mois avant la course, la tribu prépare 14 hommes célibataires, alors ils commencent l’un des systèmes d’engraissement les plus étranges au monde, où ils entrent dans leurs huttes et se nourrissent de lait mélangé avec du sang de vache et du miel, ce mélange les aide à resserrer le ventre et à se débarrasser de l’affaissement, faisant de l’homme une figure spéciale, de plus, les hommes qui concourent pendant cette période restent six mois dans leurs huttes et il leur est interdit de sortir ou de faire une activité physique, et ils ne sont même pas autorisés à avoir des relations sexuelles, et ce sont les femmes qui sont chargées d’apporter de la nourriture aux hommes, jusqu’au nouvel an.

  OIM : Les femmes et les filles constituent la majorité des migrants dans la Corne de l'Afrique et en Afrique de l'Est
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top