Société

HCR : De nouvelles preuves selon lesquelles le Rwanda met en danger les migrants Africains

HCR : De nouvelles preuves selon lesquelles le Rwanda met en danger les migrants Africains

L’agence des Nations Unies pour les réfugiés a averti les juges qu’elle pourrait détenir de nouvelles preuves selon lesquelles le Rwanda met en danger les migrants Africains, malgré l’adoption par le Parlement britannique d’une loi déclarant le pays sûr, dans le cadre d’une intervention très importante dans la bataille juridique en cours autour de cette politique, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés a informé la Cour suprême britannique qu’elle enquêtait sur de nouvelles allégations de violations.

Ces allégations incluent l’envoi potentiel d’individus vers des pays où ils pourraient être torturés, bien que le Premier ministre britannique Rishi Sunak ait déclaré que le Rwanda était un partenaire sûr pour le Royaume-Uni, un juge a autorisé l’agence des Nations Unies à préparer un dossier avant que l’avion des demandeurs d’asile puisse quitter le Royaume-Uni. La décision du tribunal est un coup dur pour le gouvernement car l’intervention de l’agence a été un facteur décisif dans la décision de la Cour suprême selon laquelle le plan initial du Rwanda était illégal, lors de l’audience de lundi, les avocats de l’agence ont déclaré qu’ils voulaient avoir du temps pour préparer et présenter de nouvelles preuves sur ce qui s’est passé depuis qu’elle a collecté ses preuves originales en 2022. Lawrence Botnick, un responsable de l’ONU, a déclaré au tribunal dans une déposition que l’agence n’avait vu aucune preuve.

« En particulier, le HCR est conscient des incidents répétés de retours forcés depuis le Rwanda et du refus d’accès aux procédures d’asile pour les demandeurs d’asile au Rwanda », a-t-il ajouté. Botnick a déclaré que ces incidents portent toujours atteinte à « l’équité, la fiabilité et la cohérence » du processus d’évaluation des réfugiés au Rwanda, mais que l’équipe de l’ONU a besoin de plus de temps pour collecter et vérifier ces incidents avant qu’ils puissent être présentés au tribunal, les avocats de l’agence ont également déclaré au tribunal que son personnel avait rencontré des responsables britanniques à Kigali, la capitale du Rwanda, le 7 décembre de l’année dernière, et leur avait dit qu’ils étaient au courant d’au moins sept cas de retours forcés au cours de l’année 2023.

  La Chine accorde des exemptions douanières à 6 pays africains
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top