Société

La capitale malgache lance des téléphériques pour réduire les embouteillages

La capitale malgache lance des téléphériques pour réduire les embouteillages

La capitale malgache dispose d’un nouveau moyen de transport public. Le premier téléphérique a survolé les quartiers d’Antananarivo, transportant le président Andriy Rajoelina, des responsables de la ville et des entrepreneurs du projet, capables de transporter jusqu’à 75 000 passagers par jour, ces voitures sont conçues pour désengorger la capitale malgache, qui compte aujourd’hui plus de 3 millions d’habitants.
Le prêt de 152 millions d’euros pour la construction a été accordé par la France. Les voitures transporteront des passagers sur une distance de 12 kilomètres. Tout au long du mois de juin, des tests ont été menés pour évaluer la sécurité des voitures, « Nous disposons de nombreux capteurs dans les gares et sur la ligne, pour détecter les problèmes avant qu’ils ne surviennent, afin de pouvoir arrêter l’ascenseur et garantir qu’il n’y ait aucun risque pour les passagers. Nous disposons également de générateurs pour garantir qu’en cas de problème, « En cas de coupure de courant, nous pouvons continuer à faire circuler le train », a déclaré Guillaume Rannaz, responsable technique chez Poma, maître d’œuvre du projet.
À près d’un euro le billet, de nombreux Malgaches se sentent déjà hors de prix. Le prix est également six fois supérieur au prix d’un ticket de bus, certains habitants de la capitale sont mécontents, affirmant que les coupures d’électricité et d’eau auraient dû être étudiées avant les téléphériques, « Nous n’avons pas d’eau, nous n’avons pas d’électricité, et quand nous avons de l’eau, ce n’est que de la boue qui sort du robinet, même si nous continuons à payer les factures ! Pourquoi ne pas résoudre d’abord ces problèmes sociaux  », a demandé Henry Razafimanantsoa, un habitant d’Antananarivo, le président Rajoelina a farouchement défendu le projet malgré les critiques selon lesquelles il augmenterait l’endettement du pays envers la France, l’ancien dirigeant colonial de Madagascar.
« Il faut oser transformer et développer notre pays. Ce sont toujours les gens qui ont critiqué qui n’ont rien pu faire. Qu’on ait dû faire ce projet ou pas, je dis oui. Vous savez, il y a eu beaucoup de critiques sur le projet de construction de la Tour Eiffel. Mais qu’est-ce qui attire désormais les touristes en France, n’est-ce pas la Tour Eiffel ? », a déclaré Rajoelina.

  La Communauté de développement de l'Afrique australe lance un appel humanitaire pour lever 5,5 milliards de dollars
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top