Société

L’engagement du G7 accélérera-t-il le déploiement des vaccins en Afrique?

L’engagement du G7 accélérera-t-il le déploiement des vaccins en Afrique?

«Personne n’est en sécurité tant que tout le monde n’est pas en sécurité» est un refrain constamment répété qui semble rassurant venant des pays occidentaux riches car il implique qu’il est également dans leur intérêt de s’assurer que les vaccins Covid-19 atteignent tout les personnes dans le monde – peu importe leur capacité à les payer.

La réalité – du moins jusqu’à présent – est très différente. Quand les choses se passent bien, comme on dit, c’est chacun pour soi. Par exemple, à la mi-février, l’Australie, le Canada, le Japon, le Royaume-Uni, les États-Unis et l’UE avaient commandé entre eux trois milliards de doses de vaccins. Même après que tout le monde dans ces pays ait été vacciné deux fois, il leur resterait encore 1,2 milliard de doses excédentaires.

S’exprimant lors de la conférence de Munich sur la sécurité, le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a déclaré que 75% des vaccins avaient été monopolisés par 10 pays, tandis que plus de 100 pays n’avaient pas reçu une seule dose, cependant, malgré les contraintes du côté de l’offre, certains pays africains ont réussi à se procurer des vaccins – soit en les achetant directement aux fabricants, soit sous forme de dons de l’Inde, de la Chine, de la Russie et des Émirats arabes unis.

L’Afrique du Sud, qui a appelé à l’arrêt de son programme de vaccination après s’inquiéter de l’inefficacité de la variété AstraZeneca contre la nouvelle variante Covid, a obtenu, selon le président Cyril Ramaphosa, environ 9 millions de doses du vaccin Johnson & Johnson, qui est efficace contre elle. . L’Afrique du Sud a fait don de 1 million de doses du vaccin AstraZeneca à l’UA, qui a regroupé environ 670 millions de doses, ce qui est suffisant pour vacciner 38% de la population africaine.

  Le Programme alimentaire mondial met fin à la suspension de ses opérations au Soudan

Au moment de la rédaction de cet article, les pays africains suivants avaient déjà lancé des programmes de vaccination: Maroc (AstraZeneca et Sinopharm); Égypte (Sinopharm); Seychelles (Sinopharm et AstraZeneca); Rwanda (Pfizer et Moderna); Maurice (AstraZeneca); Zimbabwe (Sinopharm) et Afrique du Sud (Johnson & Johnson). Selon les rapports, le Sénégal et la Guinée équatoriale avaient reçu des livraisons de Sinopharm mais la vaccination n’avait pas encore commencé.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top