Société

Une nouvelle date limite pour fermer deux camps de réfugiés au Kenya

Une nouvelle date limite pour fermer deux camps de réfugiés au Kenya

Les autorités kényanes ont donné au Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés un nouveau délai de 14 jours pour établir une feuille de route sur la fermeture définitive des camps de réfugiés de «Dadaab» et de «Kakuma» respectivement dans le nord-est et le nord du pays.

Le ministre kényan de l’Intérieur, Frad Mattiangi, a déclaré mercredi qu’il n’y avait pas de place pour de nouvelles négociations avec la Commission sur la prolongation du délai de fermeture des deux camps, cette décision fait suite à l’escalade des tensions diplomatiques entre le Kenya et la Somalie.

De son côté, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés a confirmé qu’il appréciait la générosité du gouvernement kenyan qui a permis d’accueillir des réfugiés et des demandeurs d’asile depuis des décennies, ce qui a eu un grand «impact» sur le Kenya, le HCR a déclaré qu’il était conscient de la volonté du Kenya de fermer les deux camps dans un court laps de temps.

« Cette décision aura un impact sur la protection des réfugiés au Kenya, y compris dans le contexte de la pandémie de Covid-19. Nous poursuivrons notre dialogue avec les autorités kényanes sur cette question », indique un communiqué publié par le HCR.

Il convient de noter que les tentatives de fermeture des camps de réfugiés au Kenya qu’elle a commencé à adopter au début des années 90, lorsque la crise a éclaté en Somalie, continuent de se heurter au refus des réfugiés qui sont privés de nourriture gratuite, d’éducation et de sécurité.

Les perspectives de retour volontaire qui ont été lancées dans le cadre des efforts de vidange des camps de réfugiés ne promettent pas de concrétiser les espoirs placés sur eux.

  Moderna propose à l'Union africaine des vaccins anti-Corona à 7 $ la dose

Alors que Mattiangi a souligné qu’il n’y avait pas de place pour de nouvelles négociations, il ne semble pas que le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés respectera ce délai, expliquant que le gouvernement kenyan doit veiller à ce que des solutions appropriées et durables soient trouvées pour toute nouvelle décision en la matière ce qui concerne, la Commission a ajouté que ces décisions devraient prendre en compte la garantie d’une assistance pour ceux qui en ont besoin.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top