Société

Le Kenya prévoit de fermer les camps de réfugiés de Kakuma et Dadaab « d’ici juin 2022 »

Le Kenya prévoit de fermer les camps de réfugiés de Kakuma et Dadaab "d'ici juin 2022"

Le Kenya a renouvelé l’annonce de la fermeture des vastes camps de Kakuma et de Dadaab d’ici juin 2022, le ministre kényan de l’Intérieur, Dr. Frad Mattiangi, « Nous sommes déterminés à achever le programme de rapatriement que nous avons commencé en 2016, en tenant compte de nos obligations internationales et de nos responsabilités locales. Par conséquent, nous renouvelons notre position précédente en fermant les camps de Dadaab et Kakuma d’ici le 30 juin 2022 ».

Matiangi a fait cette déclaration après une rencontre entre le président kényan Uhuru Kenyatta, jeudi dernier, à Nairobi, avec le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, pour discuter des questions liées aux réfugiés et aux demandeurs d’asile dans la région, Grandi sera également informé de la situation dans les camps de réfugiés de Matiangi et du secrétaire du cabinet du ministère kényan des Affaires étrangères, l’ambassadrice Rachel Umamu. La réunion faisait suite à l’annonce par le gouvernement de son intention de fermer les deux camps.

La feuille de route, qui a été présentée au gouvernement kényan début avril dernier, comprend le retour volontaire des réfugiés dans la sécurité et la dignité, le départ vers des pays tiers selon divers arrangements et des options de résidence alternatives au Kenya pour certains réfugiés des pays de la Communauté de l’Afrique de l’Est, le Haut Commissaire pour les réfugiés a déclaré: << Je crois que le gouvernement et le peuple kényans continueront de montrer leur hospitalité envers les réfugiés comme ils le font depuis près de trois décennies, à un moment où les discussions se poursuivent sur une stratégie visant à trouver la solution la plus durable et la plus appropriée des solutions qui garantissent les droits des réfugiés et des demandeurs d’asile résidant dans les camps de réfugiés de Dadaab et Kakuma ».

  Un nouveau stock mondial de vaccins contre Ebola promet de changer pour le mieux l'Afrique

Pour sa part, Umamu a déclaré: «La fermeture des camps doit être considérée comme quelque chose à laquelle il faut aspirer. Nous n’expulsons pas les gens, mais le camp n’est pas une situation permanente. Personne ne devrait vivre dans un lieu de suspicion ou d’indignité, génération Après génération. Faites-le en coopération conformément au Pacte mondial sur les réfugiés ».

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top