Economie

L’opérateur télécom français Orange se repose-t-il sur ses lauriers en Afrique ?

L'opérateur télécom français Orange se repose-t-il sur ses lauriers en Afrique ?

Tel un coureur de fond qui pense être loin devant et mériter une pause en fin de course, il semble qu’Orange Afrique & Moyen-Orient (OAME) ait décidé qu’il lui faudra du temps pour savourer ses exploits sur les deux prochaines années, en présentant ses chiffres pour mi-2021, l’opérateur – qui a réalisé un chiffre d’affaires de plus de 3 Md€ sur la période, dans une région qui représente désormais 13% de ses revenus – en a profité pour réaffirmer les piliers de la stratégie qu’il entend en Afrique jusqu’en 2023.

Il s’agit notamment d’intensifier les efforts pour développer l’argent mobile en utilisant les services sophistiqués fournis par Orange Bank ; augmenter la couverture 4G en étendant les réseaux et l’utilisation des smartphones ; le maintien de l’activité de gros (vente en gros de capacités de câbles internationaux) qui représente 9 % du chiffre d’affaires d’OAME ; et capitaliser sur « l’avantage concurrentiel » acquis sur la fibre en commercialisant des offres haut débit auprès des petites et moyennes entreprises majoritairement de manière « limitée et ciblée », précise Jérôme Hénique, directeur général adjoint et directeur opérationnel d’OAME.

La même équipe de direction avait présenté une stratégie identique – à l’exception de la glissade – trois ans plus tôt à Londres, suite à la réorganisation de l’OAME en quatre clusters régionaux. Les optimistes diront sans doute que le groupe français, qui investit 1 milliard d’euros par an dans la région, a l’avantage de la stabilité et de la cohérence dans ses ambitions. Les critiques, en revanche, seront surpris par sa décision de maintenir un certain statu quo.

  Augmenter les investissements en Afrique ou risquer de manquer la date limite des objectifs de développement durable de l'ONU

La multinationale, dirigée par Stéphane Richard depuis 2011, a de nombreuses raisons d’être confiante. Il est leader sur huit de ses marchés en Afrique de l’Ouest et numéro deux dans sept autres pays (principalement dans la sous-région centrale) sur un total de 18 implantations en Afrique et au Moyen-Orient, le groupe, présent en Afrique depuis plus de 20 ans, compte 132 millions de clients (dont 38 millions en 4G et 55 millions en Orange Money), contre MTN, dont la base adressable a dépassé les 200 millions de personnes cette année et occupe la première place sur le continent.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top