Economie

La startup nigériane de la mobilité Plentywaka lève un financement de démarrage de 1,2 million de dollars et acquiert Stabus au Ghana

La startup nigériane de la mobilité Plentywaka lève un financement de démarrage de 1,2 million de dollars et acquiert Stabus au Ghana

 La startup nigériane de la mobilité Plentywaka a levé 1,2 million de dollars d’amorçage, après avoir mis fin avec succès au programme d’accélérateur de Techstars Toronto en juillet 2021. La startup a également annoncé qu’elle avait acquis l’intégralité de la startup ghanéenne de mobilité Stabus. Il s’agit d’une étape dans la poursuite de l’ambition de Plentywaka de construire la plus grande plateforme de mobilité partagée sur le continent africain, à commencer par l’Afrique de l’Ouest.

Stabus a été lancé en 2019 par son cofondateur, Isidore Kpotufe, qui a déclaré que la startup avait déplacé plus de 100 000 personnes à Accra, la capitale du Ghana. Leurs services incluent le transport quotidien d’un arrêt de bus à l’autre, ainsi que la fourniture de solutions de bus pour le personnel à des multinationales comme MTN Ghana et GB Foods, suite à cette acquisition, Stabus sera désormais connu sous le nom de Plentywaka Ghana avec la plate-forme de mobilité offrant une gamme de véhicules low-cost et premium qui comprend des voitures, des mini-fourgonnettes et des bus pour les transports publics. Isidore Kpotufe deviendra le Country Manager de Plentywaka Ghana et sera rejoint par l’équipe actuelle de Stabus.

Le Xchange, un fonds basé à Toronto, a dirigé ce tour de table, tandis que Techstars a poursuivi son investissement précédent dans Plentywaka pour participer également au tour. Parmi les autres investisseurs, citons SOSV, le VC le plus actif au monde dans le type d’accord providentiel/d’amorçage, et ShockVentures, un VC des États-Unis. Les entreprises d’investissement nigérianes qui ont participé au cycle comprennent Argentil Capital Partners et ODBA & Co Ventures, un investisseur en démarrage dans Kuda Bank. Quelques investisseurs providentiels du Canada, des États-Unis et d’Afrique ont également participé au tour de table pour donner à Plentywaka le coup de pouce dont il avait tant besoin pour poursuivre sa croissance impressionnante.

  Exclusif : le président tunisien a refusé de recevoir le président algérien jusqu'à ce qu'il reçoive 300 millions de dollars
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top