Economie

Après s’être lourdement endettée, l’économie égyptienne est dans un état critique

Après s'être lourdement endettée, l'économie égyptienne est dans un état critique

Deux des agences de notation internationales les plus influentes – Moody’s et Standard & Poor’s – ainsi que la banque d’investissement la plus puissante au monde, Goldman & Sachs, ont émis un avertissement confidentiel – mais ferme -. S’adressant au président égyptien Abdel Fattah El-Sisi, « Attention, Egypte pourrait être la prochaine victime des conditions de financement volatiles dans le monde ».

Dans son rapport, publié sur le site français Orient XXI, l’écrivain Jean-Pierre Sereni a déclaré que les taux d’intérêt élevés aux États-Unis d’Amérique pourraient entraîner une sortie massive de capitaux d’Égypte – et d’une grande partie des pays émergents – ainsi que des une hausse du dollar qui fragilise la livre égyptienne et rend difficile le remboursement de la dette extérieure égyptienne, qui s’élève à plus de 130 milliards de dollars, l’écrivain a ajouté que la stratégie financière du gouvernement égyptien depuis l’accord de 2016 – qui a été conclu avec le Fonds monétaire international – vise à récompenser généreusement les capitaux étrangers pour les attirer dans le pays, et ainsi financer le déficit budgétaire général de l’État. comme le déficit de la balance des paiements, portant ainsi le total des besoins de financement à un nombre A stupéfiant de 35 % du PIB, même en 2020 (c’est-à-dire au plus fort de la pandémie de COVID-19), ce chiffre n’a pas atteint 10 % dans les grands pays occidentaux.

Le Caire utilise l’un des taux d’intérêt les plus élevés au monde : entre 13 et 14 % par an pour les prêts en monnaie locale, et 7 à 8 % pour les devises étrangères, selon l’agence financière américaine Bloomberg, les taux d’intérêt réels égyptiens (c’est-à-dire le taux d’intérêt nominal par rapport aux hausses de prix) sont les plus élevés au monde, selon l’auteur, cette politique a porté ses fruits. L’Egypte fait partie des rares pays arabes à avoir connu une croissance positive en 2020 (entre 2 et 3 %) et a résisté à l’épidémie qui a principalement touché le tourisme, qui est le principal secteur de l’économie nationale (10 % du PIB), et a continué à attirer les épargnants étrangers.

  Aqua for All s'associe à Oikocredit pour investir dans l'eau et l'assainissement communautaires en Afrique et en Asie
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top