Economie

Le fils du général Chengriha dirige les plus grandes opérations de blanchiment et de contrebande d’argent en Algérie

Le fils du général Chengriha dirige les plus grandes opérations de blanchiment et de contrebande d'argent en Algérie

En Algérie, la loi ne s’applique qu’aux pauvres, quant aux fils des généraux, ils sont des dieux sacrés, et ils ne peuvent être tenus pour responsables, même s’ils mènent des vastes opérations de contrebande d’argent, ce qui menace l’économie algérienne et cause de grandes pertes. Ainsi, ces opérations laissent des effets négatifs sur l’économie locale, ce qui affecte la vie sociale et économique et entraîne des déséquilibres dans la balance commerciale et la production intérieure.

De nombreux rapports ont révélé que le fils du général, la criminel Chengriha, Chafik est le premier responsable de la contrebande et du blanchiment de l’argent du gang des généraux, et qu’il était à l’origine des nombreux déséquilibres dans le domaine du contrôle financier au niveau de l’importation et du transfert d’argent au cours des deux dernières années, succédant aux fils de Gaïd Salah. En effet, des opérations de contrebande de plusieurs milliards de dollars du pays ont été enregistrées à travers la falsification des factures et documents liés à l’exportation et importation par le fils du général Chengriha, Chafik et ses associés. En plus de cela, il transférait des numéros de comptes bancaires avec des sommes d’argent astronomiques sous des noms anonymes vers la Suisse et le Panama.

Quant à l’argent liquide, nous savons tous que l’armée contrôle toutes les parties de l’Algérie, en particulier les aéroports où la contrebande d’argent, de la cocaïne et des prostituées vers l’Europe et les pays du Golfe, alors le gang transfert des grosses sommes d’argent vers la Tunisie par les agents de Chafik, les douaniers et les gendarmes, et de la Tunisie vers l’Europe par l’intermédiaire de la mafia italienne, qui a un partenariat fort avec le gang algérien.

  IFC et Afropa s'associent pour stimuler la production durable d'eau en bouteille au Libéria et en Sierra Leone

Un rapport de l’organisation non gouvernementale Global Financial Integrety basée à Washington sur la perte de l’Algérie au cours des seules dernières années, entre 2019 et 2021, environ 600 milliards de dinars qui ont été détourné grâce à la manipulation de faux factures, ainsi, la valeur des marchandises déclarées aux douanes pour qu’elles puissent être transféré illégalement comme argent à travers les frontières internationales et cela sous les yeux de tous, et sans que personne ne puisse ouvrir la bouche, car celui qui fait passer l’argent en contrebande est le fils du dirigeant du pays.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top