Economie

Sucre, café et huile…La perte des matières premières accroît les craintes des Tunisiens

Sucre, café et huile...La perte des matières premières accroît les craintes des Tunisiens

L’absence d’un certain nombre de produits alimentaires de base sur les marchés tunisiens a aggravé la crise dans le pays et a accru l’anxiété des citoyens, dans la crainte de l’extension des interruptions et de leur impact sur leur vie quotidienne, à l’heure où plusieurs produits étaient absents des rayons des magasins, et où plusieurs usines et entreprises enregistraient des perturbations dans leur travail, les prix connaissent une hausse sans précédent, qui a grevé les Tunisiens et alourdi leurs charges, selon les observateurs.

Sur les sites de réseaux sociaux, il y avait un état de mécontentement face au manque de matériel, au milieu d’opinions et de points de vue divergents sur qui l’avait causé. Alors que certains l’ont attribué aux politiques gouvernementales, d’autres y ont vu le résultat de l’échec des gouvernements précédents, de nombreux comptes ont partagé des photos d’étagères vides et des messages de grands magasins qui informent les clients qu’un certain nombre d’articles ont été coupés du marché, ainsi que de restreindre le quota d’achat, comme si le pays était en état de guerre, selon à leur avis, les articles qui manquent depuis quelques semaines comprennent maintenant le sucre, le café, le beurre, le lait, les boissons gazeuses et l’huile de cuisson, un responsable syndical a annoncé la perte de sucre de l’ensemble des magasins du ministère du Commerce dans tous les États (gouvernorats), dans sa déclaration à la radio locale « Mosaïque FM ».

Le même porte-parole a expliqué que la pénurie de sucre a commencé fin juin et s’est poursuivie en juillet dernier, ce qui a conduit un certain nombre d’usines à arrêter la production pendant plusieurs jours au cours du mois écoulé, il a également indiqué qu’une petite quantité de sucre a été fournie par rapport à la consommation habituelle, soulignant que la cargaison de sucre que le pays devrait importer d’Algérie et d’Inde n’est pas encore arrivée, afin de limiter l’aggravation de cette crise, les autorités ont promis à un certain nombre d’usines alimentaires de fournir les matériaux nécessaires à la poursuite de la production, ce qui a poussé les syndicats à annuler une manifestation qu’ils allaient mener aujourd’hui, vendredi, devant le Ben Arous siège du gouvernorat.

  Dangote en tête des Africains les plus riches de Forbes en 2023 malgré la perte de millions
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top