Economie

La Côte d’Ivoire vise l’hégémonie régionale de l’électricité

La Côte d’Ivoire vise l’hégémonie régionale de l’électricité

Au centre de la capitale de la Côte d’Ivoire, Yamoussoukro, à quelques mètres de la basilique Notre-Dame de la Paix – l’une des plus grandes églises du monde – un centre de répartition de l’électricité de 40 millions de dollars a récemment ouvert ses portes, comme le deuxième du pays – le premier a été construit en 1981 dans la capitale économique Abidjan – les autorités espèrent qu’il relancera les activités économiques dans une ville qui attend toujours son heure. Depuis la mort du premier président de Côte d’Ivoire, Félix Houphouët-Boigny, qui a fait de sa ville natale la capitale du pays, le développement économique de la ville a été largement négligé.

« En termes de bénéfices pour la ville, le nouveau dispatching contribuera au transfert progressif des activités économiques et administratives vers la capitale », indique Noumory Sidibé, PDG de CI-Énergies, l’entreprise publique qui gère la production énergétique du pays, le site de six acres, comprenant un centre de contrôle et des logements pour les travailleurs, fait partie du projet ENERGOS, un programme de soutien au secteur de l’énergie en Côte d’Ivoire signé en décembre 2015 avec l’Union européenne, outre le dispatching, le prêt initial de l’UE de 118 millions de dollars est utilisé pour réhabiliter et étendre les réseaux énergétiques des villes de Bouaké, San Pedro et Abidjan, où des travaux sont en cours, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept, des ingénieurs suivent le fonctionnement du réseau électrique national et effectuent des interventions télécommandées. Depuis 2011, date de création de l’entreprise publique CI-Énergies, le secteur énergétique du pays a connu des améliorations spectaculaires. La capacité totale installée était passée à 2 269 MW en 2021, soit une augmentation de 60 % par rapport à 2011.

  La Mauritius Commercial Bank commence à utiliser la solution d'IA de Windward

Le temps de coupure moyen (AOT) est passé de 47 heures en 2011 à environ 16 heures en 2020, tandis que le taux global d’accès à l’électricité est passé de 55,8% en 2011 à près de 70% en 2020, le nombre de localités électrifiées passant de 2 847 à 6 781 la même période, avec 69,7%, le pays a l’un des taux d’accès à l’électricité les plus élevés d’Afrique de l’Ouest, devant ses voisins le Libéria (27,5%) et la Guinée (44,7%), mais derrière le Ghana (86%).

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top