Economie

Lancement de la ZLECAf – à présent, l’Afrique doit réussir

Lancement de la ZLECAf - à présent, l'Afrique doit réussir

Rares sont les projets intergouvernementaux aussi ambitieux que d’unifier 54 pays d’une population totale de 1,2 milliard d’habitants pour créer la plus grande zone de libre-échange du monde. Pourtant, l’Accord de libre-échange continental africain (ZLECAf) a réussi à rallier tous les États membres de l’Union africaine, à l’exception de l’Érythrée, à signer cet accord historique. En janvier 2021, 35 des 54 signataires avaient ratifié l’accord. Le commerce selon ses conditions a commencé, mais il reste encore beaucoup à faire avant qu’il n’atteigne son plein potentiel.

Salué par le secrétaire général de la ZLECAf, Wamkele Mene, comme «un signal fort à la communauté internationale des investisseurs que l’Afrique est ouverte aux affaires, sur la base d’un règlement unique pour le commerce et l’investissement», les avantages d’une zone de libre-échange sont évidents. L’élimination des tarifs commerciaux onéreux, l’harmonisation des systèmes réglementaires et l’établissement d’un marché unique pour les biens et services ouvriront la voie à une refonte des marchés à travers le continent et renforceront les investissements intra-africains.

Mais l’impact continu de Covid-19 complique les défis déjà importants auxquels est confrontée la ZLECAf. En raison de l’impact de la pandémie, le début du libre-échange dans le cadre de l’accord a été reporté du 1er juillet 2020 au 1er janvier 2021. Pratiquement tous les pays africains ont été confrontés à des bouleversements économiques majeurs et à des menaces sur les méthodes de travail conventionnelles en raison de Covid-19.

Si le lancement de la ZLECAf au milieu d’une pandémie mondiale comporte des risques, en particulier en ce qui concerne la préparation au commerce, les experts estiment qu’il était impératif d’aller de l’avant plutôt que d’attendre que les pays soient mieux préparés.

  MCB renforce sa présence à Dubaï pour établir des ponts plus solides entre l'Afrique et les marchés mondiaux

«Les risques et les opportunités économiques manquées en ne lançant pas la ZLECAf maintenant seraient bien plus grands que les risques liés à une mise en œuvre et à des négociations prudentes», déclare Dirk Willem te Velde, chercheur principal et chef du groupe économique international à l’Overseas Development Institute (ODI).

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top