Economie

Tunisie phosphates…la richesse oisive attend «  la dernière chance d’être sauvé  »

Tunisie phosphates...la richesse oisive attend `` la dernière chance d’être sauvé ''

Le secteur vital du phosphate en Tunisie attend ce que l’on pourrait qualifier de «dernière opportunité de sauvetage» après que les syndicats ont appelé au retour de sa richesse dans le cycle de production, afin d’éviter l’effondrement du secteur d’où les grèves et les protestations ont a été touché pendant environ 10 ans, ce qui a exclu la Tunisie de la liste des principaux exportateurs mondiaux de la substance Mining, qui pendant des décennies a été l’un des plus importants affluents de devises fortes du pays.

Il y a quelques jours, le Syndicat général tunisien du travail (Syndicat des travailleurs) a annoncé, sur sa page Facebook, qu’il était parvenu à un accord avec les manifestants à proximité des usines de phosphate du gouvernorat de Gafsa (sud-ouest de la Tunisie), afin de briser le sit-in et permettre aux travailleurs de reprendre leurs activités, en s’engageant En réclamant les droits du sit-in après la restauration du secteur à sa santé.

« Gafsa » est le bastion des mines de phosphate en Tunisie, alors que depuis dix ans, elle a été témoin d’une interruption continue de la production en raison des protestations répétées de personnes exigeant un emploi dans le pays qui connaît un taux de chômage élevé, tandis que les ouvriers dans le travail- Les secteurs remplis ont également été menacés par leurs moyens de subsistance, en raison de l’arrêt de la production, ce qui les a incités à lancer des appels pour sauver du travail et rechercher des solutions viables pour ceux qui demandent un emploi.

Mohamed Al-Saghir Al-Mirawi, le secrétaire général régional du syndicat de Gafsa, a déclaré que la suspension du travail en raison des sit-in des demandeurs d’emploi pendant des années a épuisé le secteur des phosphates, ce qui a conduit l’entreprise à accumuler de lourdes pertes de plus de 200 millions de dinars (71,4 millions de dollars), indiquant que l’institution est devenue incapable de payer les salaires de ses employés, ce qui l’a incitée à recourir à l’emprunt auprès des banques pour payer les salaires, augmentant ainsi ses dettes.

  L'inflation annuelle en Tunisie s'élève à 9,2%
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top