Economie

Le secteur privé est essentiel pour atteindre les ODD en Afrique

Le secteur privé est essentiel pour atteindre les ODD en Afrique

La plupart des discussions autour de la réalisation des objectifs de développement durable (ODD) de l’ONU se concentrent sur les stratégies des gouvernements et des ONG, par exemple en demandant comment elles peuvent améliorer la participation des filles à l’éducation ou étendre les mesures de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre.

Pourtant, le secteur privé étant responsable de la plupart des investissements mondiaux, les entreprises ont également eu un rôle historique à jouer dans la réalisation des ODD. Des mécanismes sont mis en place pour stimuler l’investissement privé dans des projets et des initiatives durables alors que les entreprises acceptent de plus en plus le lien entre «les gens, la planète et le profit», le grand défi consiste à puiser dans les énormes sommes investies sur les marchés des capitaux et de la dette. Les fonds de pension, les compagnies d’assurance, les fonds souverains et les marchés obligataires détiennent collectivement plus de 120 billions de dollars d’actifs.

Le changement culturel, par-dessus tout, est nécessaire pour persuader les investisseurs qu’il est dans leur propre intérêt de cibler les objectifs, et il existe de plus en plus de données pour étayer l’affirmation selon laquelle l’investissement durable est bon pour les profits. Par exemple, les recherches de la CNUCED ont révélé que les entreprises qui cherchent à lutter contre le changement climatique bénéficient en moyenne de 18% de retours sur investissement supérieurs à celles qui ne le font pas.

Selon la Global Sustainable Investment Alliance, 30 700 milliards de dollars d’actifs sous gestion visent actuellement le développement durable. Pourtant, bien qu’un nombre croissant de fonds d’investissement soutiennent publiquement les ODD, rares sont ceux qui fournissent des mesures et des données complètes pour étayer leurs méthodes, trop souvent, ces déclarations sont utilisées à des fins de marketing plutôt que comme des plans d’investissement concrets – une forme ODD de «greenwashing», où les entreprises utilisent des termes et des slogans environnementaux pour promouvoir des références écologiques, tout en s’accrochant obstinément à d’anciens modèles commerciaux.

  BlackHouse Media annonce le premier rapport sur les relations publiques et les communications en Afrique
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top