Société

Le procureur général soudanais résout le cas des corps inconnus à l’hôpital Al-Tamayuz

Le procureur général soudanais résout le cas des corps inconnus à l'hôpital Al-Tamayuz

Le procureur du Soudan, Taj Al-Sir Al-Habr, a nié toute relation avec les cadavres de la morgue de l’hôpital Al-Tamayuz dans l’extension du district du troisième degré, au sud de Khartoum, avec les disparus dans la dispersion du général, selon les enquêtes, dans des déclarations, Al-Haber a ajouté que le parquet avait autorisé l’autorité de médecine légale à disséquer et enterrer les corps qui se trouvaient dans les morgues soudanaises depuis le 9 octobre 2020.

Il a expliqué: «Des procédures sont suivies pour traiter les corps de personnes non identifiées, et il s’agit d’un protocole mondial, selon lequel toutes les procédures pénales sont engagées, puis le parquet ordonne à l’organisme médico-légal d’autopsier les corps et d’élever la signature ADN, et découvrez la cause du décès, puis les corps sont enterrés. « Dans des cimetières spécifiques et connus, et nous avons une base de données détaillée à ce sujet ».

Les déclarations du procureur général soudanais font suite à des plaintes répétées concernant l’émission d’odeurs désagréables de la morgue de l’hôpital Al-Tamayuz, situé dans un quartier du même nom dans la capitale, Khartoum, qui a soulevé des doutes et des questions sur la source de l’odeur et sa relation avec les personnes disparues du mouvement populaire au Soudan, en particulier le sit-in du commandement général.

Dans ses déclarations, le procureur général soudanais a confirmé qu’il y avait un problème dans l’appareil médico-légal qui a conduit à un retard dans l’autopsie des corps à la morgue de l’hôpital Al-Tamayuz, ce qui a conduit à la décomposition des corps et aux dommages aux résidents des quartiers adjacents à l’hôpital après l’émission d’odeurs désagréables et la fuite de fluides corporels en décomposition du réfrigérateur qui contient des dizaines de corps non identifiés.

  Les seigneurs de l'Algérie annoncent que le temps du général Chengriha est désormais terminé

Al-Habr a tenu le ministère de la Santé et l’Autorité de médecine légale pour responsables de l’accident, soulignant que le manque de capacité des morgues soudanaises est l’une des causes du problème, dans ce contexte, un communiqué publié par l’Autorité de médecine légale de l’État de Khartoum a déclaré dimanche que les développements et les odeurs survenus dans certaines morgues sont très regrettables, en raison des pannes de courant des réfrigérateurs de la morgue.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top