Economie

Bénéfices nets: les exportateurs ougandais de poisson sur des eaux agitées

Bénéfices nets: les exportateurs ougandais de poisson sur des eaux agitées

Lorsqu’ils accueillent un visiteur, les Bagandas du centre de l’Ouganda demandent souvent «eradde?» – littéralement, « le lac est-il calme? » C’est un choix compréhensible de métaphore. La vaste étendue d’eau que les Baganda connaissent sous le nom de Nalubaale et que les anglophones  appellent le lac Victoria, peut devenir dangereuse lors de tempêtes soudaines.

Les transformateurs ougandais qui exportent le poisson du lac ont également connu des turbulences allant des fluctuations du marché aux fluctuations climatiques et aux pressions environnementales. À une certaine époque, il y avait plus de 20 usines de transformation du poisson en Ouganda, exportant principalement des filets de perche du Nil, mais ce nombre était tombé à cinq en 2017 après une baisse spectaculaire des stocks de poissons.

Il y a eu une reprise depuis, stimulée en partie par l’application stricte de la réglementation de la pêche, et 12 entreprises de transformation sont maintenant en activité. Mais l’industrie continue d’être secouée par des défis, dit Sujal Goswami, directeur général de Karmic Foods et président de l’Association ougandaise des transformateurs et exportateurs de poisson (UFPEA).

«Il y a eu une baisse substantielle des ressources dont nous avons besoin pour les usines», dit-il. «Nous fonctionnons à moins de 20% de notre capacité. Vous voyez, ce lac n’a pas été correctement entretenu depuis de nombreuses années, outre le problème permanent de la surpêche, les prises ont également été affectées par la montée des eaux, qui a atteint l’an dernier son niveau le plus élevé depuis le début des relevés il y a plus d’un siècle. Des eaux inhabituellement profondes ont perturbé les pratiques de pêche et ont peut-être également contribué à la mystérieuse disparition de la perche du Nil cette année – un phénomène occasionnel que les pêcheurs de Baganda appellent kaliro, qui serait dû à la désoxygénation.

  La hausse des prix des produits de base frappe les Ougandais

Ensuite, il y a Covid-19. Le virus a créé des défis logistiques et réduit la demande sur les principaux marchés d’exportation tels que l’Espagne et l’Italie, dit Goswami. Dans l’ensemble, dit-il, la situation des usines de poisson ougandaises est «la pire de tous les temps». Les exportations des membres de l’UFPEA sont passées de 128 millions de dollars en 2019 à 73 millions de dollars en 2020, soit une baisse de 43%.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top