Politique

Le Front d’accord pour le changement au Tchad: nous avons accepté la médiation de la Mauritanie et du Niger

Le Front d'accord pour le changement au Tchad: nous avons accepté la médiation de la Mauritanie et du Niger

Le chef du Front pour la rotation et le consensus au Tchad, Mohamed Mahdi Ali, a annoncé que le front avait accepté la médiation de la Mauritanie et du Niger « pour une trêve, et qu’il avait accepté un cessez-le-feu au nom d’une solution politique », Muhammad Mahdi Ali a ajouté, dans une déclaration à Radio France Internationale, qu' »il doit y avoir un dialogue national global aujourd’hui qui inclut toutes les composantes de la vie politique à titre indicatif ».

Le leader du Front pour la rotation et l’accord a affirmé que le front «ne visait pas à renverser le régime et à le remplacer, car son objectif principal est l’alternance démocratique au Tchad», Mohamed Mahdi Ali a salué le discours du président français Emmanuel Macron, ajoutant que ce qu’il faut faire maintenant, c’est « rassembler tous les Tchadiens autour d’une table autour de Shamil et discuter des problèmes du pays ».

Les présidents mauritaniens Mohamed Ould Sheikh Al-Ghazwani et nigérian Mohamed Bazoum, au nom des pays du Sahel et acceptant un Français hier soir, ont tenu des consultations intensives à N’Djamena avec les parties à la crise politique et ont rencontré les dirigeants des partis politiques et courants pour parvenir à un consensus politique sur la gestion de la phase de transition menant au renforcement de la stabilité au Tchad et à la fin des différends survenus après l’assassinat du président Idriss Deby.

Des sources ont indiqué que les consultations lors de la première session des présidents mauritanien et nigérian ont porté sur la prise de position des parties et des acteurs politiques concernant leur perception de la gestion de la période de transition pour la période suivant le départ du président tchadien, les sources ont ajouté que la médiation avait été menée avec la bénédiction de la France, dont le président a affirmé le refus de son pays d’empiéter sur la possession territoriale du Tchad ou de porter atteinte à sa stabilité.

  Le ministère éthiopien des Affaires étrangères accuse l'Égypte et le Soudan de soutenir le Front du Tigré
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top