Politique

Le ministre égyptien des Affaires étrangères a exclu que le deuxième remplissage constituerait une menace pour les intérêts de l’eau de son pays

Le ministre égyptien des Affaires étrangères a exclu que le deuxième remplissage constituerait une menace pour les intérêts de l'eau de son pays

Le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry a déclaré mardi que le deuxième remplissage du réservoir du grand barrage éthiopien de la Renaissance, prévu en juillet prochain, n’affectera pas les intérêts hydriques de son pays, rassurant que le haut barrage d’Assouan offre « un équilibre de sécurité.  » Cependant, Shukry a averti que l’Egypte « n’épargnera aucun effort pour défendre ses intérêts dans le domaine de l’eau et prendre des mesures pour les préserver » si l’Ethiopie prend « des mesures unilatérales irresponsables ».

Le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry a estimé que le deuxième remplissage du réservoir du Grand barrage de la Renaissance éthiopienne, prévu en juillet prochain, « n’affectera pas les intérêts de l’eau » de son pays, Shukry a déclaré lors d’une interview diffusée par une chaîne de télévision locale: « Il est nécessaire pour nous tous d’être rassurés car nous avons un équilibre de sécurité disponible dans le réservoir du haut barrage (à Assouan). Nous sommes convaincus que le deuxième remplissage n’affectera pas les intérêts égyptiens de l’eau, et nous pouvons y faire face par les procédures de la Cour dans la gestion de nos ressources en eau.

Le responsable égyptien a ajouté que toute escalade de la part de l’Égypte serait liée à des dommages à ses intérêts dans le domaine de l’eau, expliquant que « toute exacerbation de la question est liée à la survenue de dommages ». «Et si les dommages ne se produisent pas, nous pouvons continuer à traiter les problèmes sans qu’il y ait besoin d’une crise ou d’une escalade», a-t-il déclaré.

L’Égypte demande qu’un accord soit conclu avant le deuxième remplissage du réservoir du barrage de la Renaissance, craignant que cela affecte sa part d’eau. Shukry a ajouté: << En même temps, si des mesures unilatérales sont prises de manière irresponsable par l’Éthiopie ou si les graves dommages infligés à l’un des deux pays en aval (Égypte et Soudan) ne sont pas pris en compte, ou toute exploitation de ce barrage autre que le but pour lequel elle a été créée, qui produit de l’électricité, à cet égard. Cette situation, l’Égypte n’épargnera aucun effort pour défendre ses intérêts en matière d’eau et prendre des mesures pour les préserver ».

  Le ministre français des Affaires étrangères confirme que son pays ne quittera pas la région du Sahel
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top