Politique

Tchad…Après avoir vaincu les rebelles, le Conseil militaire mettra-t-il fin à la colère de rue?

Tchad...Après avoir vaincu les rebelles, le Conseil militaire mettra-t-il fin à la colère de rue?

L’armée tchadienne a réussi à vaincre les rebelles dans le nord, mais une autre bataille complètement différente attend le Conseil militaire de transition, dirigé par le fils de feu le président Mohamed Idriss Deby, dans la capitale N’Djamena et dans les villes du sud, les partis d’opposition et les syndicats insistent sur le fait que le conseil militaire a organisé un «coup d’État institutionnel», lorsqu’il a pris le pouvoir, dissous le parlement, limogé le gouvernement et gelé la constitution.

L’opposition rejette la formation du nouveau gouvernement nommé par le Conseil militaire de transition, et dit qu’elle n’est pas venue par le dialogue et le consensus entre les parties.

Un état d’incertitude a prévalu sur le sort du pays pivot de l’Afrique centrale après l’assassinat du président Idrissi Deby, à la suite d’une attaque des rebelles du nord, et 30 partis d’opposition ont refusé de reconnaître l’autorité du Conseil militaire de transition, l’opposition politique a mené plusieurs manifestations appelant à la démission du conseil militaire, rejetant ce qu’elle considère comme «hériter du pouvoir» de père en fils, et a formé une coordination conjointe sous le nom de mouvement «Wakeet Tama» (il est temps).

Le mouvement «Wakeet Tama» a mené les manifestations appelant au retrait du Conseil militaire du pouvoir, au cours desquelles les manifestants ont brûlé le drapeau français et l’ont piétiné, pour dénoncer le soutien de Paris à Deby le Junior, cependant, certaines de ces manifestations ont vu des morts, des blessés et des centaines de manifestants arrêtés, lors des manifestations du 27 avril, au moins 6 manifestants ont été tués et 600 personnes arrêtées, selon les médias.

  L'Éthiopie confirme que ses forces ont tiré sur une équipe de l'ONU à Tigré

Bien que les autorités militaires aient interdit toute manifestation sans autorisation préalable, le 8 mai, des dizaines de manifestants ont manifesté dans plusieurs villes.

La coalition d’opposition, « Kate Tama », prévoit de troisièmes manifestations le 19 mai, pour accroître la pression sur le conseil militaire, selon « Chad Info », jour après jour, Deby Junior prend confiance en lui, après avoir obtenu le soutien de hauts commandants de l’armée qui ont combattu pendant des années avec son père, ainsi que l’allié stratégique de son pays, la France, et avec elle les quatre pays du Sahel (Niger, Mali, Mauritanie et Burkina Faso).

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top