Politique

La farce des médias algériens à l’ère de la mondialisation

La farce des médias algériens à l'ère de la mondialisation

Les médias sont censés être une quatrième autorité qui exerce un rôle de gardien soucieux des intérêts des gens et leur transmettant les faits sans falsification, contrefaçon ou hypocrisie, mais il ne semble pas que cela soit resté appliqué car les médias en Algérie ne sont pas un des médias libres qui servent tout le monde, mais plutôt des médias financés principalement par des partis influents comme les généraux, ou des  personnes riches qui s’intéressent à la promotion d’eux -même, de leurs  idées et de leurs politiques, comme le milliardaire Issad Rebrab…

Et si nous comparons les médias occidentaux avec les médias algériens, nous pouvons constater que la comparaison est centrée sur la prise de position et la désinformation, alors que les médias occidentaux dans la plupart d’entre eux adoptent des positions préconçues sur de nombreuses questions telles que la question palestinienne et la pensée islamique, et ils sont souvent biaisés, les médias algériens sont pour la plupart menteurs, trompeurs, falsifiés, prêt à être acheté et employés en grande partie au service des généraux tyranniques qui ont pillé les richesses du peuple algérien.

À cause de la focalisation des médias occidentaux sur des positions préconçues, ils peuvent être objectifs et professionnels dans la transmission d’informations correctes sur des questions sur lesquelles ils  ne précisent pas de positions préconçues, quant aux médias algériens, dans la plupart d’entre eux, il n’y a aucune confiance à propos des  questions de fond, l’Algérien est habitué à entendre les mensonges de ses médias dans la mesure où il s’abstient d’écouter les bulletins d’information et de suivre les émissions culturelles et les talk-shows.

  Accusations de mensonge… Députés égyptiens et professionnels des médias en colère contre les nouvelles taxes

L’Algérien est rassasié et marre des nouvelles des victoires fictives des généraux et des grandes réalisations qui n’existent pas vraiment,  l’Algérien entend quelque chose et voit quelque chose de différent en réalité, alors qui croira : son ouïe ou sa vue ?  Il croit ses yeux et non  ses oreilles, les médias algériens en général se sont dépeints une image déplorable au point que l’Algérien répète souvent qu’il n’y a pas de nouvelles véridiques dans le journal à part les nouvelles des morts et les condoléances.

 

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top