Politique

Hamdok : Il n’y a pas de réconciliation avec la « confrérie soudanaise »

Hamdok : Il n'y a pas de réconciliation avec la « confrérie soudanaise »

Le Premier ministre soudanais Abdullah Hamdok a coupé court à l’absence de toute tendance à se réconcilier avec le régime dissous du Congrès national ; Il a souligné que la décision de remettre Al-Bashir et les personnes recherchées à la Cour pénale a été prise en juin, mais qu’elle a besoin de l’approbation du mécanisme conjoint composé du Conseil de souveraineté et du Conseil des ministres.

Hamdok a déclaré lors d’une conférence de presse tenue dimanche pour annoncer la formation d’un mécanisme national pour soutenir l’initiative qu’il a lancée en juin dernier ; Le Soudan s’efforce de rendre la pareille à l’Éthiopie et de l’aider à surmonter sa crise actuelle, Hamdok s’est engagé à ne pas protéger la corruption et à s’efforcer de tenir les corrupteurs responsables, conformément au principe « pas de grosse affaire au-dessus de la loi ». Il a expliqué que son gouvernement s’est engagé dans un examen de nombreux problèmes survenus au cours de la période récente, au cours desquels des soupçons de corruption ont été signalés, notamment la question des abus dans les nominations du ministère des Affaires étrangères, qui a suscité des grande colère dans la rue soudanaise ces derniers jours, en plus de la crise de la Compagnie minière soudanaise liée à la collecte de dons d’une manière non conforme aux normes de transparence financière.

Récemment, de nombreuses irrégularités ont été signalées dans les nominations au ministère des Affaires étrangères, des militants ayant révélé la nomination d’éléments partisans à des postes sensibles au sein du ministère, en plus du lancement de la nomination de nouveaux employés malgré leur échec aux examens de qualification, le secteur minier est en proie à des abus majeurs, selon des rapports indiquant des tentatives par des sociétés étrangères de faire passer de l’or en contrebande et de ne pas payer de cotisations gouvernementales pendant plus de trois ans.

  L'Afrique du Sud expulse des diplomates du Malawi pour vente d'alcool hors taxes

Hamdok a annoncé la formation d’un mécanisme national comprenant des politiciens, des universitaires, des militants et des dirigeants civils afin de faire avancer l’initiative qu’il a annoncée le mois dernier et comprend 7 éléments, dont les plus importants sont l’unification et la réforme de l’institution militaire, la restructuration de l’incubateur politique et soutenir le comité pour démanteler l’autonomisation de l’ancien régime.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top