Politique

Un responsable de l’ONU appelle à l’extension du travail de la MINUSCA en Afrique centrale

Un responsable de l'ONU appelle à l'extension du travail de la MINUSCA en Afrique centrale

Un haut responsable de l’ONU a déclaré au Conseil de sécurité que l’annonce la semaine dernière d’un cessez-le-feu unilatéral en République centrafricaine faisait partie des récentes mesures positives du pays, et a appelé à un soutien continu aux efforts de paix et de réconciliation.

Mankur Ndiaye, Représentant spécial du Secrétaire général et Chef de l’Opération de maintien de la paix des Nations Unies dans le pays, la MINUSCA, a souligné la nécessité de maintenir une « impulsion positive » alors que les autorités s’efforcent d’instaurer la démocratie et la stabilité à la suite des élections présidentielles et parlementaires, dans ce contexte, M. Ndiaye a indiqué que la prolongation de la mission de l’ONU, qui expire le mois prochain, est particulièrement nécessaire pour aider aux élections locales, qui n’ont pas eu lieu depuis plus de 30 ans, il a indiqué que la prolongation, conjuguée à la forte détermination du Gouvernement et à l’engagement des partenaires internationaux, était également nécessaire pour l’adoption de solutions politiques durables en République centrafricaine.

« Nous reconnaissons également que la contribution essentielle et la position forte du mandat de la MINUSCA contribuent à rendre le processus politique plus crédible », a déclaré M. Ndiaye, exhortant le Conseil à fournir du personnel et des ressources supplémentaires, M. Ndiaye a qualifié la déclaration de cessez-le-feu du 15 octobre du président Faustin-Archange Touadera d' »étape clé » vers le dialogue en République centrafricaine, un pays en proie à la violence armée depuis près d’une décennie, l’armistice est conforme à la Feuille de route conjointe pour la paix adoptée par la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs le 16 septembre 2021. Cela a à son tour contribué à revitaliser l’accord de paix signé en février 2019 par le gouvernement et 14 groupes armés du pays.

  Al-Burhan et Deby discutent de la situation sécuritaire aux frontières du Soudan et du Tchad

Elle peut également contribuer à créer l’environnement favorable nécessaire au démarrage du dialogue global avec tous les partis politiques que le gouvernement envisage, s’adressant aux membres du conseil via la technologie vidéo, le président Touadera a déclaré qu’il comptait sur le soutien du conseil pour « protéger l’intégrité » des accords de paix.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top