Politique

Le ministre égyptien de l’Irrigation : Nous sommes prêts pour les négociations sur le barrage de la Renaissance

Le ministre égyptien de l'Irrigation : Nous sommes prêts pour les négociations sur le barrage de la Renaissance

Le ministre égyptien de l’Irrigation, Mohamed Abdel-Aty, a déclaré, samedi, que son pays est prêt à reprendre les négociations du Grand barrage éthiopien de la Renaissance, en espérant qu’il ne s’effondrera pas, comme l’indique une étude à laquelle il a participé, Abdel-Aty, qui dirige l’équipe technique égyptienne dans les négociations du barrage, a expliqué dans une interview à la chaîne satellite égyptienne « TEN » que « les négociations réussissent quand il y a une volonté mutuelle ».

Il a ajouté : « L’Egypte a cette volonté, mais la partie éthiopienne ne l’a pas, et elle n’a pas la capacité de signer, donc chaque fois que nous approchons d’une solution, elle propose une nouvelle affaire qui prend du temps », une accusation qui Addis-Abeba dément, il a souligné que son pays « a la liberté, si aucun accord n’est trouvé, de traiter ce qui préserve ses droits par divers moyens juridiques et politiques », sans plus de précisions, concernant l’avenir des négociations dans la période à venir, le ministre égyptien a déclaré : « Nous avons une volonté politique et sommes prêts à négocier avec des mécanismes qui incluent une période de négociation spécifique et la participation d’observateurs internationaux ».

Il a évoqué sa participation à une étude scientifique qui parle de la possibilité de l’effondrement du barrage, en déclarant : « Nous n’avons pas informé la partie éthiopienne à ce sujet, mais il existe et ils peuvent y répondre et dire qu’il ne tombera pas (en l’avenir) », en réponse à une question sur les répercussions de l’effondrement du barrage, il a déclaré : « Ce sera un gros problème, et nous espérons que cela n’arrivera pas », le 1er octobre, le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry a déclaré, dans des déclarations télévisées, qu' »il y a des contacts au niveau de la présidence congolaise (de l’Union africaine) pour avancer des visions concernant la reprise des négociations sur le barrage de la Renaissance », qui ont été bloqué pendant des mois.

  Les parties sud-soudanaises signent un accord de paix à Khartoum

L’Egypte et le Soudan échangent des accusations avec l’Ethiopie d’être responsables des négociations chancelantes du barrage, en raison de divergences sur la construction, l’exploitation et le remplissage.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top