Politique

Le Mali expulse l’envoyé de la CEDEAO et lui donne un délai de 72 heures

Le Mali expulse l'envoyé de la CEDEAO et lui donne un délai de 72 heures

Le gouvernement de transition au Mali a notifié à l’envoyé de la CEDEAO, le bloc régional des pays d’Afrique de l’Ouest, de quitter le pays dans les 72 heures, sur fond de ses activités « incompatibles avec ses fonctions », la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) fait pression sur le président de transition, le colonel Asimi Guetta, qui a pris le pouvoir lors du coup d’État d’août 2020 pour mettre en œuvre sa promesse de tenir des élections présidentielles et législatives en février 2022, et le groupe menace d’imposer sanctions contre le Mali si les élections n’ont pas lieu à cette date.

Le ministère malien des Affaires étrangères a déclaré le représentant spécial du groupe, Hamidou Bouli, « persona non grata » et lui a ordonné de quitter le pays, « Bien que Bole ait reçu l’ordre de quitter le Mali, le gouvernement reste ouvert au dialogue avec la CEDEAO, qui a condamné le coup d’État de 2020, et encourage l’État à revenir à un régime démocratique civil », a-t-il déclaré dans un communiqué, le gouvernement malien n’a pas expliqué en détail la raison de sa décision sur Bole, qui intervient au lendemain de la visite de la mission du Conseil de sécurité de l’ONU au Mali, qui à son tour a fait pression pour que les élections de février 2022 se tiennent à temps.

  La CEDEAO salue les progrès réalisés par l'autorité de transition au Mali
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top