Politique

Daesh va-t-il se désintégrer au Sahel et en Afrique de l’Ouest après le « meurtre » de ses dirigeants ?

Daesh va-t-il se désintégrer au Sahel et en Afrique de l'Ouest après le « meurtre » de ses dirigeants ?

L’organisation terroriste ISIS a reçu deux coups durs dans les régions du Sahel en Afrique de l’Ouest, après l’assassinat des deux dirigeants de l’organisation dans les deux régions, qui s’est transformé en un nouveau bastion pour la direction de l’organisation après l’effondrement de leurs bastions au Moyen-Orient. Afrique de l’Est et du Nord.

Le 15 octobre, l’armée nigériane a confirmé l’assassinat d’Abu Musab al-Barnawi, le chef de « ISIS West Africa », après l’avoir annoncé pour la première fois en septembre dernier, et le chef d’état-major nigérian, le général Lucky Irapur, a déclaré : « Il est mort et l’est toujours », sans fournir de détails sur la façon dont il a été tué, que ce soit lors d’une frappe aérienne ou d’une opération militaire, ou a été liquidé en interne dans une lutte pour le leadership, alors que la France a confirmé, le 15 septembre, la mort d’Adnan Abu Walid al-Sahrawi, le chef de « ISIS Grand Sahara », des suites des blessures qu’il a subies lors d’une frappe menée par l’opération Barkhane, en août dernier, bien que l’Etat islamique ait reconnu le meurtre d’Abu Walid al-Sahrawi, il n’a pas encore confirmé ou nié le meurtre d’al-Barnawi aux mains de l’armée nigériane, et il en va de même pour les États-Unis d’Amérique et ses institutions officielles, qui suivent le dossier du terrorisme de près et n’ont fait aucune déclaration à cet égard.

Le 22 octobre, le conseiller nigérian à la sécurité nationale, Babagana Monguno, a annoncé l’assassinat de Malam Bako, qui « a récemment succédé à Abu Musab al-Barnawi à la tête de l’Etat islamique dans l’Etat d’Afrique de l’Ouest, plus tôt cette semaine », si Al-Barnawi et Bakou étaient confirmés morts avec Abu Al-Walid Al-Sahrawi, alors ISIS aurait reçu un coup douloureux à la tête, dans ses deux nouveaux bastions les plus importants en Afrique, après l’effondrement de ses bastions en Syrie, Irak et Libye.

  Addis-Abeba : Nous avons tué 800 militants d'al-Shabab qui ont traversé la frontière
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top