Politique

La CEDEAO impose des sanctions à la Guinée et condamne le Mali pour la détention des forces ivoiriennes

La CEDEAO impose des sanctions à la Guinée et condamne le Mali pour la détention des forces ivoiriennes

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a imposé de nouvelles sanctions à la junte au pouvoir en Guinée pour ne pas avoir fixé de nouveau calendrier pour la transition vers la démocratie, lors d’un sommet extraordinaire tenu en marge de l’Assemblée générale des Nations unies à New York, les dirigeants de la CEDEAO ont convenu de geler les avoirs financiers des membres du Conseil militaire et de les empêcher de se rendre dans d’autres pays de la région.

Il n’était pas clair qui serait affecté par les nouvelles sanctions, car une grande partie de la direction de la junte avait déjà été soumise à de sévères restrictions financières et de voyage depuis son arrivée au pouvoir l’année dernière, « Ces sanctions ont été prises dans le but de faciliter le processus de retour rapide à l’ordre constitutionnel en Guinée, qui est une condition préalable à la paix, à la stabilité et au développement », a déclaré le bloc dans un communiqué après le sommet, la Banque de développement de la CEDEAO a déclaré dans un communiqué qu’elle suspendrait le financement des projets de développement en Guinée dans le cadre des nouvelles sanctions, et la banque soutient actuellement au moins deux projets énergétiques dans le pays.

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest a sanctionné les dirigeants militaires guinéens et leurs familles pour la première fois dans les jours qui ont suivi l’éviction du président Alpha Condé en septembre 2021, le président par intérim Mamadi Demboya a proposé en mai un calendrier de transition de trois ans, que la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest a rejeté début juillet. Ils ont déclaré que les putschistes s’exposeraient à des sanctions supplémentaires si une nouvelle date n’était pas fixée au début du mois d’août, dans un communiqué publié jeudi, le bloc régional a donné à la Guinée jusqu’au 22 octobre pour fixer un calendrier « raisonnable » sous peine de sanctions supplémentaires.

  La justice ordonne la détention de l'ancien ministre algérien de la Santé Abdelmalek Boudiaf
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top