Politique

Ils ont jeûné sur ordre du prêtre, et 239 d’entre eux sont morts…Le suicide collectif se transforme en conflit politique au Kenya

Ils ont jeûné sur ordre du prêtre, et 239 d'entre eux sont morts...Le suicide collectif se transforme en conflit politique au Kenya

Les conséquences de l’affaire du suicide de masse dans ce qu’on appelle le « jeûne du paradis » assombrissent encore le Kenya, après que le nombre de victimes ait atteint environ 240 personnes, après avoir passé des jours sans nourriture ni eau en réponse à l’invitation d’un Clerc chrétien, l’affaire remonte au 14 avril, lorsque le Kenya s’est réveillé en apprenant que la police avait découvert la mort de 4 personnes de faim, après qu’un prêtre leur ait ordonné de jeûner jusqu’à la mort, pour les sauver d' »une mort douloureuse dans le monde ».

Et il a été rapporté ce jour-là que les quatre, qui étaient des fidèles dans une église du révérend Paul Mackenzie, sont morts après avoir passé des jours sans nourriture ni eau dans le village de Chakhola dans le comté de Magarini, mais ces décès n’étaient que le début de la découverte. de l’un des suicides de masse les plus odieux du siècle actuel, selon le rapport de police, les policiers ont donné suite à un rapport et se sont rendus sur les lieux pour enquêter et ont réussi à sauver 15 personnes, dont 4 qui étaient émaciées et dans un état critique, et sont décédées avant d’atteindre l’hôpital, et en interrogeant ceux qui ont été secourus, ils ont rapporté que le nombre de ceux qui jeûnent est supérieur à ceux qui ont été découverts suite à la communication, et depuis lors, le Kenya se réveille quotidiennement à la nouvelle de la découverte de nouveaux corps, victimes de la «jeûne du ciel», jusqu’à ce que le nombre de morts atteigne 239, malgré le passage de plus d’un mois depuis la découverte du crime, La police se méfie toujours de la présence de 600 autres corps.

  Kenya : 15 morts dans des inondations provoquées par des pluies torrentielles

Le pasteur Paul Mackenzie – qui est accusé d’avoir forcé ses partisans à mourir – s’est rendu aux autorités kenyanes avec 6 de ses assistants, affirmant qu’il n’avait forcé personne à mourir, et bien qu’il ait pu obtenir une caution, les autorités ont rapidement re- l’a arrêté, après avoir découvert l’horreur de la tragédie, et a procédé à une fermeture temporaire de 20 comptes bancaires affiliés à lui ou à son église.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top