Politique

Le Mali, le Niger et le Burkina Faso signent un nouvel accord de sécurité

Le Mali, le Niger et le Burkina Faso signent un nouvel accord de sécurité

Le Mali, le Niger et le Burkina Faso, trois pays de la région du Sahel en Afrique de l’Ouest gouvernés par des juntes militaires, ont signé un accord de sécurité dans lequel ils s’engagent à s’entraider en cas de rébellion ou d’agression extérieure, la charte, connue sous le nom d’Alliance des États du Sahel, stipule que « toute atteinte à la souveraineté et à l’intégrité territoriale d’une ou plusieurs des parties contractantes sera considérée comme une agression contre les autres parties ». Elle a ajouté que d’autres pays fourniraient une assistance individuelle ou collective, y compris en recourant à la force armée.

Le chef de la junte militaire malienne, Assimi Goita, a déclaré dans son discours : « J’ai signé, avec les présidents du Burkina Faso et du Niger, le Pacte Liptako-Gourma pour créer une alliance des pays du Sahel dans le but de créer un cadre de coopération collective. défense et assistance mutuelle, Goeta a annoncé dans un tweet sur la plateforme « X » avoir signé, avec son homologue burkinabè, Ibrahim Traoré, et son homologue nigérian, Abderrahmane Tiani, la charte portant création de la « Coalition des États du Sahel », dans le but d’être « une structure de défense collective et d’assistance mutuelle au bénéfice » des peuples des trois pays. Outre le président malien, cette charte a été signée par la ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso, Olivia Rwamba, représentant le président de son pays, et le porte-parole du gouvernement nigérien, Abderrahmane Amadou, représentant le président de transition nigérien.

Les trois pays sont gouvernés par des conseils militaires de transition, à la suite de coups d’État qui ont renversé des présidents civils, le plus récent étant le président nigérien Mohamed Bazoum, destitué le 26 juillet, les trois pays étaient membres de la force conjointe de la coalition G5 Sahel soutenue par la France avec le Tchad et la Mauritanie, lancée en 2017 pour affronter les groupes armés dans la région.

  Soudan du Sud, le Conseil de sécurité charge la MINUSS de soutenir les préparatifs des élections
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top