Politique

Le chef de la junte militaire nigérienne se rend au Mali et au Burkina Faso

Le chef de la junte militaire nigérienne se rend au Mali et au Burkina Faso

Le chef de la junte militaire au pouvoir au Niger est de retour ; Le général Abderrahmane Tiani est rentré dans la nuit de jeudi à vendredi dans son pays après une courte tournée qui l’a conduit au Mali et au Burkina Faso voisins, lors de son premier voyage à l’étranger depuis qu’il a mené un coup d’État militaire au cours duquel il a renversé le président détenu Mohamed Bazoum, en juillet dernier, mais cette tournée revêt une importance particulière au regard de la situation politique et sécuritaire difficile que traversent les trois pays, qui vivent dans des conditions exceptionnelles et gouvernés par des conseils militaires qui souffrent de l’isolement régional et international, ce qui les a poussés à s’allier avec La Russie, qui a conclu d’énormes contrats d’armement avec ces pays, est devenue leur partenaire dans la guerre contre le terrorisme.

Au cours de cette tournée, l’homme fort nigérien a eu des entretiens avec son homologue du Mali, le colonel Assimi Goeta, et avec son homologue du Burkina Faso, le capitaine Ibrahim Traoré, qui ont entièrement tourné autour de la menace terroriste qui pèse sur les trois pays, outre la situation « sahélienne ». Alliance » que ces pays ont formée il y a des mois, pour inclure dans les articles de sa création : un accord de défense mutuelle, dans une déclaration commune, publiée à l’issue de la visite de Tiani au Burkina Faso, les présidents des deux pays ont exprimé « leur désir et leur volonté d’unir leurs forces pour affronter les défis communs qui menacent leur souveraineté sur leurs terres et empêchent la réalisation du développement économique et social des deux pays. » Les deux présidents ont souligné l’importance de telles alliances. « Dans un monde devenu multipolaire et gouverné uniquement par la boussole des intérêts suprêmes des peuples».

  La CEDEAO lève les sanctions strictes imposées au Niger

Les deux présidents, issus du milieu militaire, ont évoqué ce qu’ils appellent « le danger du terrorisme dans la région africaine du Sahel et dans toute l’Afrique de l’Ouest », avant d’évoquer notamment ce qu’ils appellent « le danger qui menace la région ». région trifrontalière entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso », une région active. Elle contient des organisations fidèles à l’Etat islamique et à Al-Qaïda.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top