Politique

La CEDEAO appelle toutes les parties à donner la priorité à la paix et au respect de la constitution au Sénégal

La CEDEAO appelle toutes les parties à donner la priorité à la paix et au respect de la constitution au Sénégal

La mission diplomatique parlementaire de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest a appelé les différentes parties sénégalaises à « donner la priorité aux intérêts suprêmes de la nation sénégalaise, à savoir la paix et la stabilité, ainsi que le respect de la constitution, la promotion de la démocratie, la État de droit et cohésion sociale.

A l’issue de ses consultations au Sénégal, la mission de la CEDEAO a exhorté « tous les acteurs sociaux et politiques à s’engager d’urgence dans un dialogue politique national global et fraternel » afin de parvenir à « des solutions consensuelles et créer les conditions propices à un dialogue politique ouvert, crédible et global ». et des élections présidentielles transparentes, la mission, dirigée par Mohamed Tounes Sidi et composée de 4 députés et 3 personnels parlementaires, a lancé un « appel urgent au calme et à la retenue », appelant « tous les acteurs politiques du Sénégal à s’abstenir de toute forme d’expression incitant à la violence et alimentant une climat de tension dans le pays, la délégation parlementaire a discuté avec le président de l’Assemblée nationale sénégalaise, Amadou Mam Diop, de la situation politique résultant du report de l’élection présidentielle au 15 décembre prochain, la délégation de l’organisation régionale a également discuté avec différents groupes parlementaires de l’Assemblée nationale, ainsi qu’avec des membres de la société civile et d’autres acteurs politiques, notamment un groupe de candidats exclus de la candidature à l’élection présidentielle.

Le 3 février, le président sénégalais Macky Sall a annulé le décret par lequel il avait appelé les Sénégalais aux urnes le 25 février 2024 pour élire un nouveau président du pays. Deux jours plus tard, l’Assemblée nationale sénégalaise votait une proposition du Parlement visant à reporter les élections présidentielles au 15 décembre prochain, en conséquence, le pays est entré dans une crise politique et plusieurs villes ont été témoins de manifestations contre le report des élections, qui ont été réprimées par les forces de sécurité, faisant des morts et des blessés.

  Le parti au pouvoir en Tanzanie insiste sur la réforme constitutionnelle
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top