Politique

Le Puntland somalien se retire du système fédéral après des changements constitutionnels contestés

Le Puntland somalien se retire du système fédéral après des changements constitutionnels contestés

L’État somalien semi-autonome du Puntland a déclaré qu’il s’était retiré du système fédéral du pays et qu’il se gouvernerait de manière indépendante jusqu’à ce qu’une constitution convenue soit adoptée et qu’un référendum soit organisé à son sujet afin que le Puntland en fasse partie, l’État a accusé le président Hassan Sheikh Mohamud d’avoir abrogé la Constitution sur laquelle il a été élu, et le Conseil des ministres de l’État a déclaré dans un communiqué: “Le Puntland agira de manière indépendante jusqu’à ce qu’il y ait un gouvernement fédéral avec une constitution à convenir lors d’un référendum auquel le Puntland participe”.

Dans une déclaration publiée en réponse à la mesure prise par le Parlement, l’État a indiqué qu’il avait retiré sa confiance aux institutions constitutionnelles somaliennes. Le Parlement fédéral bicaméral de Somalie a approuvé la modification des quatre premiers chapitres de la constitution intérimaire du pays après plusieurs semaines de discussions houleuses au Parlement, le président de l’Assemblée du peuple, Cheikh Adam Mahmoud Nur Madobe, a annoncé que 212 membres de l’Assemblée du peuple et 42 membres du Sénat avaient voté en faveur de la modification de la Constitution, aucun député ne s’étant abstenu ou refusé. L’une des clauses du projet approuvé stipule que le pays aura un président élu par le peuple somalien qui, à son tour, nomme et démet le Premier ministre de ses fonctions, certains politiciens somaliens, dont les anciens présidents Sheikh Sharif Sheikh Ahmed et Mohamed Abdullahi Farmajo et le président de l’État du Puntland, se sont opposés à la modification de la Constitution, arguant qu’elle ouvre la voie à la consolidation du pouvoir entre les mains du président.

  Les rebelles bloquent les approvisionnements...Crise alimentaire imminente dans la capitale, Bangui

Le différend est un autre casse-tête pour le président Hassan Sheikh Mohamud, qui lutte pour mettre fin à une insurrection liée à Al-Qaïda, endiguer une résurgence de la piraterie et affirmer l’autorité fédérale sur la région séparatiste du Somaliland après avoir accepté de louer un port à l’Éthiopie.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top