Politique

L’ONU met en garde contre le danger de l’émergence d’un nouveau front au Darfour

L'ONU met en garde contre le danger de l'émergence d'un nouveau front au Darfour

De hauts responsables de l’ONU ont mis en garde vendredi le Conseil de sécurité des Nations Unies contre les dangers de l’émergence d’un » nouveau front  » au Soudan lié au contrôle de la ville d’El Fasher au Darfour, où la population est au bord de la famine, El Fasher est la capitale de l’État du Darfour Septentrional, et de nombreuses personnes déplacées s’y sont réfugiées après qu’elle soit restée longtemps épargnée par la guerre en cours dans le pays il y a un an.

La Secrétaire générale adjointe des Nations Unies aux Affaires politiques, Rosemary DiCarlo, a déclaré que le pays traversait une » crise énorme, complètement provoquée par l’homme », un an après le début de la guerre entre l’armée soudanaise dirigée par le général Abdel Fattah al-Burhan et les forces de Soutien rapide dirigées par son ancien adjoint, le général Mohammed Hamdan Daglo (hemedti), « Les parties en conflit ont ignoré à plusieurs reprises les appels à la cessation des hostilités, y compris de la part de ce conseil . Au lieu de cela, ils ont accéléré leurs préparatifs pour d’autres batailles » , a-t-elle déclaré, ajoutant que « les forces armées soudanaises et les forces de soutien rapide poursuivent leurs campagnes de recrutement de civils », en particulier, elle s’est déclarée préoccupée par les informations faisant état d’une éventuelle attaque « imminente » des forces de soutien rapide sur El Fasher, ce qui soulève le risque d’ouvrir un « nouveau front dans le conflit ».

« Les combats à El Fasher pourraient conduire à un conflit sanglant entre des groupes de population à travers le Darfour et entraver davantage la distribution de l’aide humanitaire dans une région déjà au bord de la famine », a-t-elle déclaré, à son tour, le directeur des opérations du Bureau des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA), Idim wasorno, a déclaré qu ‘ « il y a des rapports constants de batailles dans les parties est et nord d’El Fasher, qui ont provoqué le déplacement de plus de 36 mille personnes », notant que l’organisation « Médecins sans frontières » a traité plus de 100 victimes dans la ville ces derniers jours.

  Un tribunal examine à nouveau le retour du candidat de l'opposition sénégalaise Ousmane Sonko sur la liste électorale
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top