Politique

Éthiopie: la communauté internationale n’a pas publiquement critiqué le Soudan pour son occupation de nos terres

Éthiopie: la communauté internationale n'a pas publiquement critiqué le Soudan pour son occupation de nos terres

 

Vendredi, le vice-Premier ministre éthiopien et ministre des Affaires étrangères, Demiki Mekonnen, a critiqué la position de la communauté internationale sur le différend frontalier entre son pays et le Soudan.

Mikkonen a indiqué lors des entretiens avec l’envoyée spéciale de l’Union européenne et la ministre finlandaise des Affaires étrangères Becca Haavisto, que la communauté internationale n’avait pas ouvertement critiqué Khartoum pour «avoir occupé les terres éthiopiennes en recourant à la force».

Selon le site Web éthiopien «Fana», Mekonnen a souligné l’engagement de l’Éthiopie dans le processus mené par l’Union africaine sur le «barrage de la Renaissance», exprimant sa gratitude pour les initiatives mises de l’avant par le nouveau président de l’Union, tandis que l’envoyé spécial européen a souligné la nécessité d’échanger des informations et des données avant de commencer à remplir le barrage.

En ce qui concerne la situation au Tigray, l’envoyé européen a exprimé sa gratitude pour l’accord récemment annoncé entre la Commission éthiopienne des droits de l’homme et les Nations Unies pour enquêter sur les allégations de violations des droits de l’homme dans la région.

Mekonnen a déclaré que le gouvernement s’était engagé à traduire les auteurs en justice sur la base des conclusions d’une enquête conjointe entre les deux institutions, le vice-Premier ministre éthiopien a évoqué les efforts d’aide humanitaire dans la région, appelant la communauté internationale à soutenir le gouvernement éthiopien, qui couvre toujours, comme il le dit, 70% de l’aide qui atteint jusqu’à présent 4,5 millions de personnes.

Il a ajouté que le deuxième cycle d’une évaluation globale visant à identifier les personnes ayant besoin d’une aide humanitaire dans la région a été conclu et que des travaux sont en cours pour la mettre en œuvre, Mekonnen a indiqué que le gouvernement éthiopien avait fourni une aide humanitaire, en coopération avec les Forces de défense nationale, dans les zones où la sécurité était problématique, pour sa part, Haavisto a déclaré que les agences humanitaires opérant dans la région lui avaient dit que l’accès à la zone s’était beaucoup amélioré.

  Éthiopie, imposition de l'état d'urgence dans la région d'Amhara, à la suite d'actes de violence
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top