Société

Une Congolaise demande à la Belgique la reconnaissance de ses griefs de l’ère coloniale

Une Congolaise demande à la Belgique la reconnaissance de ses griefs de l'ère coloniale

La citoyenne congolaise Lia Tavares Mugenga, l’un des derniers témoins de la sombre histoire coloniale de l’Europe sur le continent africain, demande justice et pousse le gouvernement belge à reconnaître les traitements inhumains qu’elle a subis lorsqu’elle a été séparée de sa famille pendant la période coloniale belge (1908-1960).

Mujinga est né en 1946 au Kasaï, à 750 km de la capitale congolaise, Kinshasa, d’une mère indigène (Congo) et d’un père portugais, lorsque la République démocratique du Congo était une colonie belge, Mujinga a été victime de la politique de ségrégation de l’administration coloniale belge, qui visait à « empêcher la coexistence interraciale », ainsi qu’à empêcher les « enfants de la honte » nés de pères blancs et de mères locales de revendiquer de futures relations avec la Belgique, après sa naissance, Mujinga a été séparée de sa mère par les autorités coloniales et placée dans une résidence gérée par l’Église catholique, tandis que son père était en voyage pour rendre visite à sa famille au Portugal.

Mujinga, 75 ans, a décrit dans une interview à l’agence Anadolu, ce qu’elle a subi alors qu’elle n’avait que deux ans et a passé 13 ans dans le foyer pour enfants de l’Église catholique dans des conditions défavorables, comme un crime contre l’humanité, Mujinga a mentionné que son père a quitté le Congo pour rendre visite à sa famille au Portugal. « Pendant l’absence de mon père, ils sont venus et m’ont pris à ma mère. Ils ne lui ont pas dit où j’avais été emmené. Quand mon père est revenu, il a beaucoup essayé de me joindre, mais il n’a pu obtenir aucune information.

  La Grande-Bretagne a l'intention de restituer des crânes (de l'époque coloniale) au Zimbabwe

Elle a poursuivi: « Dans le logement, nous vivions dans des conditions défavorables car il n’y avait pas de bons vêtements et chaussures. J’avais encore des cicatrices de ces jours-là sous mes pieds. Je dormais la plupart du temps alors que j’avais faim, donc je suis devenue très maigre ».

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top