Société

Afrique : Le Secrétaire général appelle à un avenir numérique centré sur les personnes et basé sur la résilience d’Internet

Afrique : Le Secrétaire général appelle à un avenir numérique centré sur les personnes et basé sur la résilience d'Internet

Les dirigeants mondiaux participent au 17e Forum sur la gouvernance de l’Internet à Addis-Abeba, en Éthiopie. Ils ont souligné l’importance d’utiliser les technologies numériques comme outils pour promouvoir le développement à travers l’Afrique, cette année, le Forum se tient sous le thème de l’Internet résilient pour un avenir partagé et durable, alors que les pays africains sont invités à investir dans la construction d’une infrastructure Internet résiliente pour tirer parti des opportunités numériques et accélérer la transformation socio-économique sur le continent.

Cependant, il a appelé à un optimisme prudent quant à la propriété des infrastructures numériques critiques, à la gestion des données et à la cybersécurité, car la gouvernance des données consiste à coordonner les rôles de l’écosystème numérique pour stimuler le développement économique tout en protégeant les droits individuels, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a déclaré aux participants que si les technologies numériques transforment des vies et des moyens de subsistance, elles contournent les réglementations et exacerbent les inégalités dans le monde. Il a appelé à un avenir numérique centré sur l’humain, basé sur la flexibilité d’un Internet ouvert, inclusif et sûr pour tous, conformément au pacte numérique mondial proposé, le Pacte numérique mondial proposé vise à fournir une connectivité mondiale, à combler la fracture numérique et à atteindre des millions de personnes qui ne sont pas connectées à Internet.

« Un espace numérique sûr et centré sur les personnes commence par la protection de la liberté d’expression, de la liberté d’expression et du droit à l’autonomie et à la vie privée en ligne », a déclaré le Secrétaire général, M. Guterres a souligné que les gouvernements, les entreprises privées et les plateformes de médias sociaux ont la responsabilité de prévenir l’intimidation en ligne et la propagation de la désinformation qui porte atteinte à la démocratie, aux droits de l’homme et à la science.

  Le HCR exprime sa profonde préoccupation face au nombre élevé de morts parmi les personnes déplacées en RDC
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top