Société

Le nombre de morts du choléra en Afrique du Sud est passé à 15

Le nombre de morts du choléra en Afrique du Sud est passé à 15

Les Sud-Africains ont reproché à leur gouvernement local de ne pas fournir d’eau potable alors que les décès dus au choléra sont passés à 15 dans la province la plus peuplée du pays, « Nous buvons cette eau, mais ils ne veulent pas nettoyer cette eau, ou mettre un autre tuyau pour nous donner à tous la bonne eau », a déclaré Selo Samuel Lekoto, 36 ans, qui est soigné à l’hôpital Jubilee Cholera, un résident de Hamanskral. Des habitants frustrés ont expulsé le maire du district alors qu’il tentait de se rendre dans un hôpital traitant des victimes.

La municipalité a déclaré dans des communiqués que l’eau fournie par la ville à Hamanskral n’est pas potable, mais la ville fournit de l’eau potable via des camions-citernes aux quartiers informels plusieurs fois par semaine, « La question de l’eau à Tshwane est un problème depuis plusieurs années », a déclaré le vice-ministre sud-africain de l’Eau et de l’Assainissement, David Mahlobo, lors d’un point de presse, le ministère provincial de la Santé de Gauteng a déclaré dimanche une épidémie de choléra à Hamanskral, une zone située à environ 50 kilomètres (31 miles) au nord de la capitale Pretoria, dans la ville de Tshwane, le gouvernement de la ville a déclaré que près de 100 personnes avaient été vues à l’hôpital, 37 emmenées dans les services, et a averti les habitants de Hamanskral et des environs de ne pas boire l’eau du robinet, un porte-parole du ministère de la Santé a déclaré que l’Afrique du Sud avait confirmé 41 cas dans tout le pays, dont 34 dans la province de Gauteng, un dans la province du Limpopo et six dans l’État libre. L’Afrique du Sud a signalé son premier décès dû au choléra en février, après l’arrivée du virus dans le pays en provenance du Malawi, le choléra peut provoquer de graves diarrhées, des vomissements et une faiblesse. Il se propage principalement par des aliments ou de l’eau contaminé et peut tuer en quelques heures s’il n’est pas traité.

  Le CPDIF investit en capital de développement dans les secteurs des infrastructures numériques et des services numériques en Afrique subsaharienne
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top