Société

« Ils auraient pu faire plus » : les Zimbabwéens critiquent la campagne anti-choléra du gouvernement

« Ils auraient pu faire plus » : les Zimbabwéens critiquent la campagne anti-choléra du gouvernement

Lorsque Brian, le mari de Priscilla Moyo, est rentré dimanche soir à Harare depuis Mvurwi, à environ 100 km au nord de la capitale, il semblait se porter bien. Vers 23 heures, il souffrait de diarrhée, alors que sa situation était toujours la même mardi matin, Moyo, 39 ans, l’a emmené dans une clinique voisine à Budiriro, la banlieue de la ville où ils vivent. À son arrivée, on lui a dit que son mari avait le choléra, « Il est actuellement soigné là-bas », dit-elle avec tristesse en désignant une tente grise, une salle de traitement de fortune de la clinique. « Il est sous perfusion intraveineuse et ils disent qu’il pourrait rentrer chez lui aujourd’hui ».

Dans les 10 provinces du Zimbabwe, un déluge de cas d’infections par le choléra paralyse les établissements de santé de ce pays d’Afrique australe. Certains patients, comme Brian, se sont rétablis, Jessica Muzambezi, une jeune mère de la même banlieue, a perdu son fils de deux ans à cause du choléra. « Une rupture d’égout dans ma région a causé la mort de mon fils. Les autorités ne se sont pas occupées des égouts pendant deux semaines », a-t-elle déclaré, mardi, 25 780 cas de choléra ont été enregistrés au Zimbabwe depuis le début de l’épidémie l’année dernière. Alors que le bilan officiel du gouvernement s’élève à 470 morts, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), qui coordonne la mobilisation des ressources pour la campagne anti-choléra en collaboration avec les autorités zimbabwéennes, chiffre ce chiffre à 528. Les enfants restent les plus vulnérables, un tiers de tous les cas touchant des jeunes âgés de 15 ans et moins.

  Safaricom Kenya récompensé pour ses efforts nets zéro dans le cadre des prix East African Climate Action

Et de nombreux Zimbabwéens estiment que c’est la faute du gouvernement, le système d’égouts du Zimbabwe, qui fait partie de son infrastructure coloniale héritée, a été débordé alors que la population est passée d’environ 3,7 millions d’habitants en 1960 à 17 millions aujourd’hui. Et l’eau potable reste indisponible dans de nombreuses régions du pays, car l’économie en difficulté n’a pas encore modernisé cette infrastructure, selon les experts, cela a facilité la propagation rapide du choléra, une maladie infectieuse principalement transmise par de l’eau ou des aliments contaminés.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top