Société

Les agences de l’ONU mettent en garde contre une « catastrophe humanitaire » dans l’est de la RDC

Les agences de l'ONU mettent en garde contre une « catastrophe humanitaire » dans l'est de la RDC

Les agences des Nations Unies ont mis en garde vendredi contre une « catastrophe humanitaire » dans l’est de la République démocratique du Congo, en lançant un appel d’urgence, un groupe rebelle est actif dans la zone, et au moins trois civils ont été tués jeudi soir, dont une mère et ses deux enfants, selon des sources locales, l’est de la République démocratique du Congo est témoin de violences armées depuis 30 ans, et la crise s’est aggravée depuis fin 2021 avec la réémergence du Mouvement du 23 Mars (M23) dans la région du Nord-Kivu, contrôlant de vastes zones du territoire. avec le soutien du Rwanda voisin.

Les combats se sont intensifiés depuis début février autour de la ville de Saki, à 20 kilomètres de Goma, la capitale régionale, entre les rebelles du M23 et les forces gouvernementales congolaises, et les violences ont fait des dizaines de morts et de blessés, les agences des Nations Unies ont confirmé que cette situation « a conduit à un mouvement massif de population vers des camps surpeuplés de personnes déplacées », les agences ont rapporté que « 214 950 personnes supplémentaires ont rejoint les 500 000 personnes déplacées dans les zones entourant Goma », elle a ajouté que « des dizaines de milliers d’autres ont été déplacés vers Minova », dans la province voisine du Sud-Kivu, selon les Nations Unies, la République démocratique du Congo abrite environ 7 millions de personnes déplacées, la plupart dans l’est du pays.

« Nous sommes confrontés à une catastrophe humanitaire à grande échelle », a déclaré Peter Musoko, représentant du Programme alimentaire mondial en République démocratique du Congo, dans le communiqué, les agences ont exprimé leur regret que « les enfants et leurs familles soient pris entre deux feux meurtriers ».

  La sécheresse menace 22 millions de personnes dans la Corne de l'Afrique

Après quelques jours de calme relatif, la ville de Saki a de nouveau été bombardée jeudi soir, « Il y a eu trois morts et un blessé » dans le quartier Maiotsa (à l’entrée sud de la ville), a déclaré à l’AFP le chef de la ville de Saki, Joseph Maumbi Mobire, depuis Goma.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top