Société

L’ONU appelle à une action internationale urgente pour mettre fin au déplacement forcé de civils dans la région du Sahel

L'ONU appelle à une action internationale urgente pour mettre fin au déplacement forcé de civils dans la région du Sahel

Les Nations Unies ont appelé à une action internationale immédiate pour mettre fin au déplacement forcé de civils dans la région du Sahel, qui connaît une crise humanitaire qui s’aggrave, le porte-parole du HCR pour l’Afrique de l’Ouest et centrale, Alpha Sidi Ba, a déclaré lors d’un point de presse à Genève : « Cet étonnant déplacement forcé de civils nécessite une action internationale immédiate pour empêcher son escalade. » Il a ajouté : « La situation sécuritaire sur la côte centrale est instable, obligeant les gens à fuir leurs foyers à la recherche de sécurité et de protection »

Il a déclaré : « Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés est profondément préoccupé par le nombre croissant de crises humanitaires dans la région du Sahel. » Il a indiqué que les femmes et les enfants sont les plus vulnérables à l’exploitation, aux abus et à la contrebande, « L’augmentation des mouvements transfrontaliers souligne l’aggravation de la crise et la nécessité continue de répondre aux besoins du Sahel en investissant dans la protection, l’assistance et les solutions durables », a déclaré Ba. La Commission a déclaré qu’elle avait besoin de 443,5 millions de dollars pour couvrir le coût des besoins humanitaires urgents au Burkina Faso, au Mali, au Niger, en Mauritanie et dans les pays bordant le golfe de Guinée, plus de 3,3 millions de personnes ont été contraintes de fuir leur foyer au Burkina Faso, au Mali et au Niger au cours des quatre dernières années en raison de conflits exacerbés par le changement climatique, selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés.

  Des dizaines de femmes ont été agressées sexuellement après l'accord de paix dans la région du Tigré éthiopien

Au cours des quatre dernières années, alors que 2,8 millions de personnes ont été déplacées de leurs foyers au Burkina Faso, au Mali et au Niger, elles sont restées dans leur pays, tandis que 550 000 autres ont fui à l’étranger, le manque d’abris adéquats, d’eau potable et d’assainissement aggrave les mauvaises conditions auxquelles sont confrontées les personnes déplacées, tandis que l’insécurité persistante empêche nombre d’entre elles de rentrer chez elles.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top