Société

Une ville côtière nigériane noyée sous l’eau de mer sous l’effet de l’élévation de la température sur la terre

Une ville côtière nigériane noyée sous l’eau de mer sous l’effet de l’élévation de la température sur la terre

Nous sommes à Ayetoro, où les vagues déferlent sur les briques de béton, les poteaux en bois et les maisons en ruines, la vie de ses habitants a été bouleversée à plusieurs reprises alors que la mer ronge leur quartier, Ayetoro, autrement connue sous le nom de Ville Heureuse, a été fondée en 1947 en tant que communauté chrétienne utopique.
Victoria Mofeoluwa Arowolo, fonctionnaire à la retraite, a vécu ici toute sa vie, « Ayetoro était comme un paradis, une ville où tout le monde vivait joyeusement, et où vous apprécierez vraiment de vivre ici ».
Mais elle a été contrainte de déménager à trois reprises, la vieille communauté est submergée sous les vagues. « Plus des deux tiers d’Ayetoro ont été emportés par cette érosion marine. Là où nous sommes, c’est une nouvelle colonie, l’ancien Ayetoro a été emporté par la mer et si vous regardez où se trouve la mer maintenant, c’est la fin de l’ancien Ayetoro, « La plupart de nos enfants ne peuvent désormais pas aller à l’école, car le bâtiment a été emporté par la mer », ajoute-t-elle.
Les vestiges des bâtiments engloutis portent les cicatrices de l’avancée incessante de la mer, qui ronge les côtes de la communauté de l’État d’Ondo, des milliers de personnes sont parties, beaucoup d’autres choisissent de rester, Stephen Tunlese a perdu son gagne-pain lorsque son ancien magasin de vêtements a été envahi par les vagues.
Tunlese affirme avoir perdu un investissement de huit millions de nairas, soit l’équivalent de 5 500 dollars, à cause de la mer.
« L’érosion m’a gravement affecté car j’ai perdu ma maison, j’ai perdu mon magasin » qui valait huit millions de nairas (5,5 mille dollars au taux de change actuel), explique Tunlese, maintenant, il s’adapte à un avenir aquatique. Il répare des bateaux en fibre de verre, la côte de boue de Mahin, où la communauté est en train de disparaître, a perdu plus de 10 kilomètres carrés, soit près de 60 % de ses terres, au profit de l’océan au cours des trois dernières décennies, les chercheurs affirment qu’un certain nombre de facteurs contribuent à la disparition d’Ayetoro.

  Des experts indépendants de l'ONU appellent à «justice, responsabilité et réparation pour les victimes» au Soudan
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top