Société

L’UNICEF met en garde: il n’y a pas de fin en vue au conflit au Tigré

L'UNICEF met en garde: il n'y a pas de fin en vue au conflit au Tigré

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a confirmé mardi qu’il existe encore des informations inquiétantes faisant état de violations généralisées contre des civils à Tigré, en Éthiopie, près de six mois après le déclenchement du conflit dans la région, « Il n’y a pas de fin claire en vue » au conflit, a déclaré James Elder, un porte-parole du Fonds des Nations Unies pour l’enfance, après son retour d’une visite dans la région du nord de l’Éthiopie.

Il a révélé que plus d’un million de personnes avaient été déplacées de leurs foyers, notant que les combats se poursuivaient alors que la sécurité restait un problème majeur, notant que l’UNICEF << était préoccupé dès le début par les dommages que ce conflit causera aux enfants. Malheureusement, ces préoccupations sont réalisés ».

Le conflit est le résultat de mois de tensions croissantes entre le gouvernement éthiopien et le Front de libération du peuple du Tigré, qui contrôle le territoire. Ces tensions ont culminé lorsque le Premier ministre Abiy Ahmed a ordonné une offensive militaire, après que les rebelles ont attaqué une base de l’armée fédérale, quelques jours plus tard, des milices de la région voisine d’Amhara se sont jointes à la bataille, ont suivi – selon les rapports – certaines forces de l’Érythrée voisine, qui est l’ennemi juré du Tigré.

Le gouvernement a confirmé que la zone sera sécurisée d’ici la fin novembre dernier. Néanmoins, la résistance du TPLF s’est poursuivie, au milieu des accusations d’exécutions extrajudiciaires et de violations des droits de toutes parts, Elder a souligné l’impact de cette situation sur les femmes et les filles, décrivant la situation comme une «crise de protection».

  Sissi l'a honorée...L'histoire de "Mecca Al Aswany", la plus ancienne pionnière rurale d'Egypte

Il a expliqué: << Ce qui émerge déjà maintenant est une image inquiétante des violations graves et continues des enfants, et il est regrettable qu’il y ait aussi une urgence dans les domaines de l’éducation et de la nutrition. J’ai vu une destruction généralisée des systèmes de services de base. dont dépendent les enfants. « , le  responsable de l’UNICEF a souligné que les enfants sont parmi les groupes les plus souffrants parmi les millions de personnes déplacées par la violence.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top