Economie

Les ports africains ignorent le Covid-19 et la crise de Suez

Les ports africains ignorent le Covid-19 et la crise de Suez

Même si les économies africaines sont aux prises avec les retombées économiques de la pandémie de Covid-19, l’avenir s’annonce prometteur pour l’industrie portuaire africaine. Le secteur est au milieu de la plus grande phase d’expansion de son histoire, a attiré les plus grands opérateurs portuaires du monde et a étonnamment bien fait face au ralentissement du commerce mondial causé par la crise des coronavirus.

De plus, si l’Accord de libre-échange continental africain (ZLECAf) cherche à promouvoir le commerce entre les États africains, il devrait également encourager un plus grand commerce entre le continent et le reste du monde, générant plus d’affaires pour les terminaux portuaires à travers l’Afrique, bien que l’Afrique ne représente que 2,7% du commerce mondial en valeur, ce chiffre passe à 6% pour le commerce mondial de fret maritime, en raison de la dépendance continue du continent sur le commerce intercontinental plutôt que sur le commerce transfrontalier entre les États voisins.

Il est donc vital que les économies africaines puissent utiliser des ports modernes équipés des derniers systèmes d’exploitation de terminaux, grues et autres équipements de manutention de fret, tout en fournissant des postes d’amarrage en eau profonde pour attirer les énormes porte-conteneurs qui dominent le commerce international, le plus grand port d’Afrique est Tanger-Med au Maroc, qui s’est développé au cours des 15 dernières années sur un site vierge et qui s’est emparé des parts de marché des ports de l’autre côté de la Méditerranée, dont Algésiras en Espagne.

Il a une capacité de manutention totale de 9m EVP (unités équivalentes de 20 pieds, comme les conteneurs de taille standard sont connus). Tanger-Med a désormais dépassé Port-Saïd en Égypte et Durban en Afrique du Sud en tant que plus grand port à conteneurs du continent, la nouvelle génération de porte-conteneurs géants fait escale uniquement dans les ports avec un tirant d’eau supérieur à 16 m, permettant aux plus grands ports de s’établir en tant que ports de transbordement régionaux, où les conteneurs sont déchargés pour être distribués vers d’autres ports de leur région via des services d’alimentation.

  L'Organisation mondiale de la santé sélectionne six pays africains pour produire des vaccins à ADN messager
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top