Economie

Un sommet sur le financement des économies de l’Afrique subsaharienne, en France

Un sommet sur le financement des économies de l'Afrique subsaharienne, en France

Un sommet s’est tenu mardi au Grand Palais à Paris sous le titre «Financement des économies africaines», avec la présence du président français Manuel Macron, des chefs de trente pays et gouvernements, et des responsables d’institutions internationales, certains participants à distance via vidéo technologie de communication.

Il est prévu que la réunion de Paris discutera des mécanismes de soutien aux économies africaines, à travers l’annulation de la dette, l’injection de liquidités et de financement, et la recherche de solutions innovantes pour financer les crises sur le continent africain qui sont désireux de prendre le contrôle du développement et de se libérer restrictions de la dette.

L’année dernière, l’économie du continent a enregistré sa première récession en un demi-siècle (-2,1%). Elle devrait à nouveau enregistrer une croissance de 3,4% en 2021 et de 4% l’année suivante.

La suspension des paiements du service de la dette publique, appliquée depuis avril à l’initiative du Club de Paris et du Groupe des Vingt, a permis un certain redressement en arrêtant le paiement de 5,7 milliards de dollars d’intérêts d’une cinquantaine de pays.

Le G20 a également réussi à persuader la Chine, premier créancier et créancier privé du continent, de participer à la renégociation de la dette.

Cependant, cela ne suffira pas, et Emmanuel Macron a déclaré en avril dernier: «Nous ne pouvons pas nous fier à d’anciennes recettes» à un moment où «nous quittons collectivement l’Afrique devant des solutions datant des années 1960». Il a appelé à un « nouvel accord pour financer l’Afrique ».

Dans le même temps, Macron a mis en garde contre les risques de conséquences néfastes à la lumière de « la diminution des opportunités économiques », de « l’immigration permanente » et de « l’expansion du terrorisme », sans parler de la crise épidémique. Selon les données officielles, l’Afrique a enregistré 130 000 morts, mais « seule une victoire complète, y compris l’ensemble de l’Afrique, vaincrait l’épidémie », selon ce que 18 dirigeants africains et européens ont déclaré dans un article publié dans le magazine « John Africa » à la mi-avril.

  Partenariat de renforcement entre la FAO et la BADEA pour l'appui des pays africains
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top