Economie

Trois revendications africaines aux dirigeants du G7

Trois revendications africaines aux dirigeants du G7

La Secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique, Vera Songwe, a attiré l’attention des dirigeants du G7 sur les exigences de l’Afrique, avec le lancement de leur rencontre, en Grande-Bretagne, sur un certain nombre de sujets d’actualité, notamment les questions liées à la reprise économique après la pandémie de Covid-19, le changement climatique et le commerce.

Songwe a déclaré qu’il était nécessaire « d’adopter une feuille de route historique pour les vaccins dans laquelle le G7 s’engage à commencer à partager le financement, les doses et la capacité de l’industrie nécessaires pour assurer l’accès à la vaccination », cela signifie, concrètement, selon Songwe, « donner un milliard de doses dès que possible, et deux milliards de doses avant la fin de l’année, financer le Vaccine Accelerator (ICT) et partager la technologie afin que nous puissions fabriquer des vaccins, des médicaments et des diagnostics et des outils localement ».

Quant à la deuxième demande africaine, elle porte sur « l’urgence d’un accord historique sur le financement et la coordination d’une relance verte, et le retrait d’une partie des droits de tirage spéciaux du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale, en mise en œuvre des engagements. de 100 milliards de dollars de financement climatique, tout en doublant les engagements individuels pour le financement climatique des pays du G7, selon Songwe, la mise en œuvre de cette demande garantira aux pays africains l’accès à des liquidités et à des fonds concessionnels pour investir dans une croissance durable qui fournit des emplois verts aux jeunes du continent et réduit l’extrême pauvreté causée par la pandémie de COVID-19 et ses répercussions.

  Les banques africaines sont parfaitement disposées à tirer parti du commerce par chat

Enfin, elle s’est enquise de la réduction de l’aide du G7 qui « a fortement touché les pays africains (une réduction des deux tiers), une forte proportion de femmes (entre 80 et 90 %) et aussi les agences des Nations Unies telles que l’ONUSIDA, l’UNFPA, ONU Femmes », « En tant qu’Africaine, femme et travailleuse de l’ONU, imaginez ce que nous pouvons ressentir à propos de la Grande-Bretagne en tant que partenaire proche alors que nous faisons face ensemble à ces crises », a ajouté Songwe.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top