Politique

Le gouvernement de transition malien fixe ses priorités et son président dit que l’étape est «critique»

Le gouvernement de transition malien fixe ses priorités et son président dit que l'étape est «critique»

Le nouveau Premier ministre de transition du Mali a tenu dimanche la première réunion de son cabinet et lui a confié un programme chargé à terminer dans un court laps de temps avant les élections censées ramener les civils au pouvoir en février 2022, Shugel Kukala Maiga, qui dirige un gouvernement dominé par les militaires, a reconnu le danger de « l’une des périodes les plus critiques de notre histoire contemporaine ».

Au début de la rencontre, il a déclaré : « Nous sommes dans une véritable course contre la montre. Les Maliens nous regardent et comptent sur le succès de cette période de transition, qui pour beaucoup d’entre eux semble être la dernière chance de sauver la nation », nommé à ce poste par le président par intérim, le colonel Asimi Gueta, Maiga a exposé les priorités de son gouvernement, qui sont « l’amélioration de la sécurité, les réformes politiques et institutionnelles, l’organisation d’élections crédibles » et la réponse aux revendications sociales.

Maiga prend ses fonctions alors que le pays est embourbé depuis des années dans la tourmente et les violences de toutes sortes. La crise sécuritaire s’accompagne de graves crises politiques et sociales.

Maiga a promis de « créer les conditions » d’une réforme du droit électoral, de poursuivre la révision de la constitution, de mener une « lutte acharnée contre la corruption » et d’engager « de véritables poursuites judiciaires » contre les responsables des événements de juillet 2020 où plusieurs personnes ont été tuées lors de manifestations.

Il s’agit de la première réunion de cette importance organisée par le Premier ministre depuis que le président français Emmanuel Macron a annoncé jeudi dernier la fin de l’opération Barkhane, qui vise à affronter les militants dans la région du Sahel africain. Le président de transition et le Premier ministre maliens n’ont pas encore commenté publiquement la décision française.

  Les secrets du frère de l'ancien président algérien qui vont ébranler les fondements de l'État algérien
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top